•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Remède à la salive de chien enragé : une naturopathe renonce à sa licence

Une femme aux cheveux blonds  dans une salle vitrée montre du bout des doigts trois petites bouteilles.

Anke Zimmermann est l'une des trois naturopathes ayant fait l'objet d'une plainte relativement à la thérapie CEASE pour l'autisme.

Photo : Photo: CHEK News

Radio-Canada

Après des mois d'une vive controverse qui a fait le tour du monde, une naturopathe de Victoria renonce à sa licence de l'Association des naturopathes de la Colombie-Britannique.

Anke Zimmermann a officialisé son retrait de l'Association à partir d’un statut sur Facebook. La naturopathe devra ainsi atteindre cinq ans avant de déposer une candidature pour sa réintégration.

Dans une déclaration publique, l'Association des naturopathes a donné les raisons invoquées par Mme Zimmermann pour renoncer à sa licence.

Elle nous a indiqué qu'il lui était difficile d'offrir des services adéquats à ses patients en respectant les règlements et les politiques du Collège, particulièrement en ce qui a trait aux standards dans le domaine de l’immunisation.

L'Association des naturopathes de la Colombie-Britannique

Plainte concernant le traitement

Anke Zimmermann a aussi fait l’objet d’une plainte de la part de l’Association des naturopathes pour avoir offert un traitement qui affirmait, faussement, pouvoir guérir complètement l’autisme.

En mai dernier, l'Association des naturopathes avait interdit une thérapie appelée CEASE, affirmant que cette intervention est basée sur la fausse prémisse que ce sont les vaccins qui causent l’autisme.

Thérapie controversée

Anke Zimmermann avait créé la consternation en déclarant avoir traité les problèmes d’agressivité d’un enfant de 4 ans avec du lyssinum, un produit homéopathique fait à base de salive de chien ayant la rage.

Elle avait écrit un billet sur son blogue sur ce sujet et avait alors fait la manchette dans plusieurs pays. Cette chaîne d’événements avait poussé Santé Canada à faire enquête.

Colombie-Britannique et Yukon

Santé physique et mentale