•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une élève de 5e année découvre une araignée encore jamais vue au Québec

Alessandra Nicolaescu a fait sa découverte dans la ruelle verte adjacente à son école.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

Radio-Canada

Il est difficile d'imaginer qu'un quartier densément peuplé de Montréal puisse être un havre de biodiversité. C'est pourtant dans une ruelle du quartier Rosemont que la jeune Alessandra Nicolaescu a découvert, fin septembre, un spécimen de Trachelas tranquillus, une espèce d'araignée qui n'avait encore jamais été observée au Québec.

Un texte d’Isabelle Montpetit

L’élève de 5e année participait avec sa classe à l’activité « La chasse aux bestioles », dont l’animateur, Pierre Paquin, est un spécialiste des araignées du Québec.

Avec ses camarades, elle battait les buissons de la ruelle verte adjacente à l’école Saint-Marc pour recueillir des petites bêtes dans un grand entonnoir en tissu.

« Et là, j’ai vu une araignée. Je voulais vraiment une araignée! », se rappelle-t-elle.

Lorsqu’elle a montré sa découverte à Pierre Paquin, l’œil exercé du spécialiste a vite repéré une prise hors du commun.

Il s’agissait d’une femelle de 8 mm de long de Trachelas tranquillus, une espèce qui fréquente la végétation, où elle se confectionne un abri en reliant des feuilles entre elles avec des fils de soie.

Il n’est pas anodin qu’elle ait été trouvée dans une ruelle verte.

« Quand on fait des efforts pour maintenir les choses un peu plus vertes, on donne des habitats pour une partie de la biodiversité », souligne Pierre Paquin.

Nouvelle espèce, nouvelle famille

L'araignée sur une feuilleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'araignée Trachelas tranquillus, connue en Ontario et aux États-Unis, n'avait encore jamais été vue au Québec.

Photo : Jean Brodeur

Il s’agit donc d’une nouvelle espèce qui s’ajoute à l’inventaire des araignées du Québec, mais aussi d’une nouvelle famille, puisqu’aucun autre membre des Trachelidae n’y est connu.

Pour écrire le Guide d'identification des araignées (Araneae) du Québec, en 2003, Pierre Paquin avait consulté de nombreux répertoires et collections. Il savait que Trachelas tranquillus vivait dans le nord des États-Unis et en Ontario.

« On soupçonnait qu’on la trouverait un jour au Québec, mais ça n’avait jamais été fait », dit-il.

Le spécialiste et la fillette tiennent le piège entre leurs mains.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pierre Paquin et Alessandra Nicolaescu ont récolté des bestioles dans ce piège.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

Ce qui est curieux, c’est que l’espèce semble être apparue subitement en plein cœur de Montréal.

Pour Pierre Paquin, plusieurs explications sont possibles.

D’abord c’est une espèce qui est associée aux humains, c’est-à-dire qu’elle peut vivre dans leurs maisons ou voyager avec eux.

Est-ce qu’elle est arrivée en déménageant avec des gens? C’est possible.

Pierre Paquin, arachnologue

Les villes sont souvent les premiers endroits où s’établissent les espèces introduites par les activités humaines, avant de se répandre ensuite dans les milieux naturels.

Ainsi, une espèce d'araignée aperçue pour la première fois à Montréal en 1998, Synageles venator, a été vue en 2016 à Bonaventure, en Gaspésie.

Autre hypothèse à considérer : le changement climatique.

« Est-ce qu’elle est arrivée toute seule en remontant vers le nord parce que les conditions sont plus chaudes? C’est possible », poursuit Pierre Paquin.

Le fait que les températures froides sont de plus en plus tardives permet en effet à certaines espèces de compléter leur cycle de vie avant l’hiver.

Peut-être aussi que Trachelas tranquillus a toujours vécu parmi les Montréalais sans que personne ne la découvre.

Ça montre aux élèves qu’on ne connaît pas tout et qu’il y a encore des choses à découvrir, même en pleine ville de Montréal.

Pierre Paquin, arachnologue

Le spécialiste et l’élève ont d’ailleurs cosigné un article sur leur découverte dans le bulletin de l’Association des entomologistes amateurs du Québec.

Grand Montréal

Nature et animaux