•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 15 ans, Éric Gagné vivait une saison de rêve au baseball

    Figurine et autres articles promotionnels à l'effigie d'Éric Gagné.
    En 2003, Éric Gagné était un lanceur bien en vue dans la ligue majeure de baseball. Photo: Radio-Canada

    Le 13 novembre 2003, un lanceur de 27 ans originaire de Mascouche, Éric Gagné, laisse sa marque dans l'histoire du baseball. Il devient le premier Québécois à remporter le trophée Cy Young remis au meilleur lanceur de la Ligue nationale de baseball. Retour en archives sur l'événement.

    Avant même qu’il ne remporte les grands honneurs, la seule percée du Québécois Éric Gagné en ligue majeure de baseball était considérée comme exceptionnelle. Ce reportage diffusé au Montréal ce soir du 15 mai 2001 en témoigne.

    C’est un événement rare, très rare, un lanceur québécois qui va affronter les Expos jeudi au stade olympique.

    La présentatrice Pascale Nadeau

    Cette semaine-là, Éric Gagné réalise un rêve en jouant au stade olympique. Son équipe, les Dodgers de Los Angeles, y affrontent les Expos de Montréal. De nombreux proches se sont déplacés pour l’encourager. La journaliste Diane Sauvé souligne que sa présence contribuera certainement à remplir les gradins.

    Le lanceur québécois affirme que ce match est l’un des plus gros de sa carrière. Il ne veut pas pour autant voir l’équipe locale gagner. « J’espère que ça va crier fort… pour moi, pas pour les Expos », déclare-t-il en riant.

    Dans les années suivantes, Éric Gagné continue de se démarquer en ligue majeure. Celui qu’on surnomme Game Over établit de 2002 à 2004 un record de 84 sauvetages consécutifs.

    En 2003, sa saison de rêve culmine avec le trophée Cy Young.

    Éric Gagné est devenu aujourd’hui le premier Québécois à décrocher un prix majeur du baseball professionnel. La fierté de Mascouche a remporté haut la main le trophée Cy Young de la ligue nationale remis chaque année au meilleur lanceur du circuit.

    Le présentateur Gilles Gougeon

    Radio-Canada souligne la nouvelle avec deux reportages. Le journaliste Guy St-Onge est sur place pour obtenir ses premiers commentaires. Le releveur des Dodgers se dit très fier d’avoir obtenu 87 % des votes de première place. Il compte bien négocier son prochain contrat sur cette base!

    Le journaliste Jean-Sébastien Cloutier recueille pour sa part des témoignages et des réactions dans sa communauté. Dans un restaurant de Mascouche, un petit temple de la renommée a déjà été constitué pour ce « gars de la base, fier d’être d’ici ».

    L’exploit d’Éric Gagné est également souligné à l’Assemblée nationale. Les députés adoptent une motion spéciale pour féliciter le lanceur québécois.

    Une ombre au tableau

    Le dopage ferait-il partie intégrante du sport professionnel?

    Le présentateur Bernard Derome

    Quatre ans plus tard, le 13 décembre 2007, un scandale éclate dans le baseball majeur américain. Le rapport Mitchell met en lumière l’usage massif de stéroïdes chez les joueurs. Le nom d’Éric Gagné apparaît sur la liste des 80 individus soupçonnés de dopage, dont plusieurs grands noms du baseball.

    « C’est une journée noire pour le baseball, mais peut-être fallait-il passer par là », confie l’analyste Marc Griffin à la journaliste Nancy Audet dans ce reportage au Téléjournal.

    Ce n’est que plusieurs années plus tard, dans sa biographie Game Over, qu’Éric Gagné admettra sa consommation d’hormones de croissance.

    Aujourd’hui retraité comme joueur, Éric Gagné entraîne les jeunes espoirs des Rangers du Texas. Il agit également comme mentor pour le releveur québécois Jesen Therrien. Dans ce documentaire de l’équipe de Podium, il parle aussi plus ouvertement de dopage, une voie qu’il souhaite éviter pour ses protégés.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Sports