•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le recours collectif de la poussière rouge revu à la baisse

Une main brandit un chiffon blanc maculé de poussière rouge après avoir été utilisé pour essuyer le capot d’une voiture.
Les premiers épisodes de poussière rouge dans le quartier Limoilou, à Québec, remontent à 2010. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les avocats qui pilotent le recours collectif contre Arrimage Québec et le Port de Québec pour l'épisode de poussière rouge ont réduit leurs demandes.

Un texte de Yannick Bergeron

Les plaidoiries ont débuté ce matin alors que les avocats des citoyens ont fixé à un peu plus de 4,2 millions $ le montant total des réclamations.

Ils ont abandonné une zone en périphérie pour concentrer leur demande de réclamation à deux zones plus près du port.

Ainsi, quelque 7500 résidents de la « zone rouge », la plus touchée, auraient droit à une indemnité de 300 $.

Ceux de la « zone bleue », environ 11 600 personnes, auraient droit à une compensation de 150 $, selon le scénario proposé par les avocats des citoyens.

Dans leur demande initiale, ils réclamaient 3000 $ par citoyen touché, par les rejets de poussière d'oxyde de fer provenant du transbordement d'un navire.

Les avocats d'Arrimage Québec considèrent que les désagréments causés par l'épisode de poussière rouge auraient dû être traités de manière individuelle, et non dans le cadre d'un recours collectif.

Les plaidoiries se déroulent jusqu'à vendredi, après quoi le juge Pierre Ouellet de la Cour supérieure aura la tâche de trancher la question.

Québec

Justice et faits divers