•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a 100 ans, les célébrations de l'Armistice à Québec

Vue aérienne de la ville de Québec
Vue aérienne de la ville de Québec Photo: BAnQ Québec, autour de 1925

Il y a 100 ans presque jour pour jour, la population de Québec descendait dans les rues de la ville pour célébrer l'Armistice marquant la fin de la Première Guerre mondiale, le 11 novembre 1918. Retour sur des premières célébrations douces-amères à Québec.

Un texte de Tifa Bourjouane

C'est à l'annonce de la fin des combats sur les fronts européens en novembre 1918 et la signature de l'Armistice que l'administration militaire canadienne organise une célébration à Québec dans les différents quartiers de la ville.

À ce moment, le climat est morose après quatre années de guerre. La ville de Québec se remet aussi à peine d’une épidémie de grippe espagnole qui a fait des milliers de morts.

Une certaine amertume, venant de la conscription, demeure également dans la population, explique Jean-François Caron, historien à Parcs Canada.

La population garde en mémoire les violences survenues quelques mois avant l’Armistice, provoquées par des opposants à la conscription, qui se soldent par les salves d'une mitrailleuse de l'armée canadienne dans Saint-Sauveur, faisant quatre morts.

Invitation dans les journaux

L’Armée canadienne, organisatrice des célébrations, craint que la population ne réponde pas à l’appel. Elle ne veut pas être en reste par rapport aux autres villes d'Amérique.

Une campagne de communications est alors lancée à travers les journaux de l’époque. Les Québécois sont invités à offrir au monde des images de liesse populaire suite à la défaite de l’ennemi commun.

« On lance un appel particulièrement à tous les vétérans qui ont combattu pour qu’on les acclame », illustre Jean-François Caron.

Un grande parade sera organisée le 11 novembre à 20 h dans les rues de la ville. Le point de départ sera donné au parc de l’Esplanade, lieu symbolique de ralliement militaire attaché aux fortifications de Québec.

Les militaires traverseront la Haute-Ville puis la Basse-Ville au son des coups de canon, des sirènes de bateaux et des cloches d’églises. Des soldats canadiens, américains démobilisés, participent à la parade. Le drapeau français est aussi du défilé.

Participation massive

Malgré les craintes de l’Armée, les Québécois participent massivement aux célébrations.

« C'était mal connaître les Québécois qui ont toujours eu l'esprit à la fête et il y a eu une très, très grande participation à cette parade », note l'historien de Parcs Canada.

Les citoyens de Québec ont envie de se réjouir de la fin de la guerre. Ils se masseront notamment sur la terrasse Dufferin devant le Château Frontenac pour regarder le défilé.

C'est à partir de cette date que l'Armistice sera célébrée à Québec chaque année. Les deux années suivant la fin de la Grande Guerre, le jour du Souvenir sera fêté plus sobrement. Une minute de silence sera observée le 11 novembre à 11 h suivie des carillons d’église.

Cetonaphe temporaire pour l'ArmisticeCetonaphe temporaire pour l'Armistice Photo : BAnQ 1921-1923, INC., Cetonaphe temporaire pour Armistice, Esplanade

À partir de 1921, un obélisque éphémère en bois est érigé au parc de l’Esplanade à la mémoire des combattants. Plusieurs institutions ainsi que les familles des soldats défunts déposent des couronnes de fleurs au pied du monument temporaire. Ce sont là les jalons de la cérémonie telle qu’elle est célébrée aujourd’hui.

Le premier juillet 1924, la Croix du Sacrifice sur les plaines d'Abaraham est inaugurée. Elle devient le lieu de commémoration officiel de l’Armistice.

Les commémorations seront amplement suivies, malgré un lien plutôt tiède entre militaires et Québécois, note l’historien Jean-François Caron.

« Sous le régime français et le régime britannique, vivre avec des militaires n’était pas nécessairement agréable », dit-il.

Toutefois, le Royal 22e Régiment suscite chez les Québécois beaucoup de fierté. « C'est le seul régiment canadien francais [...] Et il faut dire que c'est beau quand la garde en rouge se présente avec la fanfare, c'est sûr qu'on ne peut pas rester indifférent esthétiquement c'est beau », mentionne M. Caron.

Défilé de soldats du Royal 22e Régiment à Québec le 3 juilletDéfilé de soldats du Royal 22e Régiment Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Célébrations du centenaire

Plusieurs événements se tiendront dimanche pour marquer le centenaire de l'Armistice.

Une parade composée notamment de 100 militaires du 2e bataillon du 22e Régiment et une soixantaine de vétérans prendra le départ à 10 h 30 devant le Manège militaire pour se rendre à la Croix du Sacrifice. Plusieurs dignitaires seront sur place. Une minute de silence sera observée à 11 h, suivie d'une prière et dépôt de couronne.

Une cérémonie de commémoration devant les canons allemands installés derrière le Manège militaire se tiendra à 11 h 30, puis à midi, le Manège militaire sera ouvert au public jusqu'à 16 h 30.

Société