•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt des congés pour les victimes de violence conjugale à Terre-Neuve-et-Labrador

Le poing d'un homme se serre, une femme est en arrière-plan.

Lorsque le changement sera apporté à la loi, les victimes de violence conjugale à Terre-Neuve-et-Labrador pourront prendre jusqu'à 10 jours de congé pour obtenir de l'aide.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador va modifier la loi sur les normes du travail afin de permettre aux victimes de violence conjugale de prendre des journées de congé. D'autres provinces ont déjà adopté des mesures similaires.

Une personne admissible pourra prendre jusqu’à 10 jours de congé par année. Trois jours de congé seront payés, les sept autres ne le seront pas, a annoncé le gouvernement, jeudi.

Si le changement à la loi est adopté à temps, la mesure entrera en vigueur le 1er janvier prochain.

À l’heure actuelle, seules Terre-Neuve-et-Labrador, la Colombie-Britannique, l’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse n’ont pas ce genre de congé. Les deux provinces maritimes envisagent de l’adopter aussi.

Le fédéral discute aussi de la possibilité d’offrir à ses employés un congé payé en cas de violence conjugale.

Grâce à ce congé, des victimes disposent de temps pour obtenir de l’aide médicale et psychologique, pour trouver un logement ou retenir les services d’un avocat.

Jusqu’à 1251 cas de violence conjugale ont été signalés aux services policiers dans la province en 2016, selon Statistique Canada. Toutefois, certaines études concluent que seulement 10 % des victimes portent plainte.

La violence conjugale coûte aux employeurs au Canada 78 millions de dollars par année, selon un rapport publié en 2009 par le ministère fédéral de la Justice.

Avec les renseignements de Carolyn Stokes

Avec les informations de CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Politique provinciale