•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élèves, enseignants et policiers ont fait un exercice de confinement à Gatineau

Le reportage de Laurie Trudel
Radio-Canada

Élèves, enseignants et agents du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) ont fait jeudi matin un exercice de confinement à l'école Le Petit Prince dans le secteur de Gatineau. Un exercice que certaines commissions scolaires du Québec ont rendu optionnel.

On est conscient que ça peut créer de l’anxiété par contre on encourage ce type de pratique là, mais on s’assure d’avoir les policiers ressources pour chaque école, indique Andrée East, agente relationniste du SPVG.

Malheureusement, on ne peut pas se mettre la tête dans le sable

Andrée East

Pour rendre l'exercice moins anxiogène pour les élèves, certains parents ont préparé leurs enfants la veille.

C’est une réalité qu’on a aujourd’hui, c’est sûr que pour les jeunes ça peut être une source d’angoisse, mais c’est quelque chose qu’il faut faire. [...] C’est quand même une bonne pratique à avoir, on ne peut jamais être trop prudent. On en discute à la maison pour que les enfants comprennent un peu pourquoi sans trop dramatiser la réalité pour leur faire peur, explique François Lemire, le père de deux enfants.

On ne rentre pas dans les exemples de tueries qui se sont passées aux États-Unis, c’est juste : on est prudent, on est tranquille et puis on attend les consignes, poursuit-il.

Pour sa part, l'agente East précise que le but ce n’est pas de prendre les gens en défaut mais on veut vraiment venir les aider, les outiller […] pour qu’ils soient capables de réagir.

Les mots utilisés ont aussi changé.

On utilisait beaucoup le terme de "tireur actif" dans le passé, aujourd’hui on va parler d’"individu menaçant", détaille-t-elle.

Si ces exercices sont encore faits en Outaouais, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) a décidé pour sa part de ne pas les imposer.

Avec les informations de Claudine Richard et de Julie-Anne Lapointe

Ottawa-Gatineau

Éducation