•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sables bitumineux : Imperial Oil entreprend un nouveau projet de 2,6 G$

Site d'exploitation des sables bitumineux dans la région de Fort McMurray.
Contrairement aux derniers projets d’exploitation de sables bitumineux d’Imperial Oil, le projet Aspen mise sur une extraction souterraine du carburant plutôt que sur l’exploitation d’une mine à ciel ouvert. Photo: La Presse canadienne / Jason Franson

La pétrolière Imperial Oil annonce qu'elle va commence cette année la construction d'un nouveau projet d'extraction de sables bitumineux au nord de Fort McMurray. Évalué à 2,6 milliards de dollars, le projet Aspen a reçu l'approbation du gouvernement albertain il y a quelques jours seulement.

La célérité de l’entreprise de Calgary a surpris de nombreux observateurs dans un contexte où des entreprises concurrentes limitent volontairement leurs productions pour maintenir à la hausse le prix du pétrole canadien.

Avec ce projet, Imperial Oil compte produire 75 000 barils de bitume par jour à partir de 2022. Plusieurs analystes prévoient que la construction de nouveaux pipelines pourra d’ici là faciliter le transport du pétrole et rétablir son prix normal.

Selon la vice-présidente au développement des affaires, Theresa Redburn, l’entreprise a intérêt à aller de l’avant avec le projet dans le contexte actuel de ralentissement de la production. Elle bénéficie ainsi de meilleurs prix sur la main-d’œuvre et sur les pièces.

« Développement responsable »

La gestionnaire vante aussi le projet en soulignant ses qualités sur le plan environnemental. Comparativement à une infrastructure similaire, le projet générera environ 25 % moins de gaz à effet de serre et nécessitera 25 % moins d’eau grâce à l’injection dans le sol d’un mélange de solvant et de vapeur qui liquéfie le bitume lourd et en facilite l'extraction. Cette nouvelle technologie, le fruit d’un projet pilote de sept ans, permettra des économies sur les coûts de production, là aussi d’environ 25 %.

Le président d’Imperial Oil, Rich Kruger, s’est plaint de la lenteur du processus d’approbation gouvernemental. Lancée en 2013, l’évaluation de l'Agence de réglementation de l'énergie de l'Alberta (AER) s’est prolongée pour permettre une consultation adéquate avec les communautés autochtones concernées.

Le projet Aspen devrait générer 700 nouveaux emplois pendant sa phase de construction et 200 par la suite.

Alberta

Industrie pétrolière