•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles nominations de François Legault : Chassin, Lafrenière et Lavallée obtiennent un poste

François Legault et Youri Chassin, dimanche, lors de l'annonce de la candidature de l'économiste dans Saint-Jérôme
Youri Chassin va finalement obtenir un autre poste au sein de la garde rapprochée de François Legault. Photo: Radio-Canada

Candidats vedettes de la Coalition avenir Québec (CAQ) pendant la dernière campagne électorale, l'économiste Youri Chassin et l'ex-policer Ian Lafrenière ont été exclus du Conseil des ministres, mais ils obtiennent finalement un poste au sein de l'équipe appelée à gouverner la province.

Un texte de Romain Schué, correspondant parlementaire à Québec

Pressenti pour devenir ministre du gouvernement Legault, Ian Lafrenière n’avait pas caché sa déception, sans néanmoins se plaindre publiquement de son sort.

Ce dernier, élu sur la Rive-Sud de Montréal, avait notamment été victime de la répartition géographique, puisque de nombreux députés de la CAQ proviennent de ce secteur.

Comme il a été pendant 20 ans porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM); François Legault l'a nommé adjoint parlementaire de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

L'ex-policier, qui est aussi pompier, a confié être « très heureux » devant ce « défi à relever » et entend jouer un rôle actif.

Je connais bien le milieu policier de l'interne, la réalité. Je connais aussi les besoins importants chez les pompiers. Toutes mes connaissances me permettront d'aider Mme Guilbault.

Ian Lafrenière, adjoint parlementaire de la ministre de la Sécurité publique

L’économiste Youri Chassin, dont les positions pro-pétrole ont été dénoncées durant la campagne par les adversaires de la CAQ, va quant à lui seconder Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, pour ce dernier volet.

Les attentes des universités et des cégeps sont d’ailleurs importantes, alors que le parti a essentiellement mis l’accent, ces derniers mois, sur la petite enfance.

Quelles sont les fonctions de l’adjoint parlementaire?

« Bien qu'il ne soit pas membre du gouvernement, l'adjoint parlementaire peut répondre aux questions adressées au ministre pendant la période des questions et réponses orales ou en prendre avis en son nom, bien que cela n'arrive que rarement. L'adjoint parlementaire peut aussi mener certains dossiers ou représenter le ministre dans différentes activités. Il ne peut cependant le remplacer pendant un débat ni lors d'un débat de fin de séance », indique l’Assemblée nationale.

Il perçoit une rémunération additionnelle de 19 141 $, portant ainsi son indemnité totale à 114 845 $.

La CAQ, qui a nommé 20 adjoints parlementaires, soit le maximum autorisé par les règles de l’Assemblée nationale, a également confié un poste à Richard Campeau. Un temps pressenti pour devenir ministre de l’Environnement, le député de Bourget, qui a dirigé le comité environnemental du parti, secondera finalement celle qui a hérité du poste, MarieChantal Chassé.

Élu depuis 2012 avec la CAQ, Donald Martel accompagnera quant à lui le premier ministre pour les dossiers concernant le Projet Saint-Laurent et les zones d’innovation.

Claire Samson encore absente

Plusieurs absences sont néanmoins remarquées. En premier lieu, celle de Claire Samson, députée d’Iberville depuis 2014, qui convoitait le poste de ministre de la Culture et des Communications, finalement remis à Nathalie Roy.

Femme clé de la CAQ ces dernières années dans les rangs de l’opposition, elle avait exprimé son malaise après avoir pris connaissance des choix de François Legault pour former son gouvernement. Depuis, l’ex-porte-parole du parti est en arrêt maladie.

Cette dernière, dans une entrevue accordée jeudi à Radio-Canada, indique qu'elle entend néanmoins aller au bout de son mandat et avoue n'avoir eu aucun contact, à sa demande, avec l'équipe du premier ministre.

D'autres nominations à venir

Alors que Lise Lavallée (whip adjointe), Éric Caire et Sébastien Schneeberger (leaders adjoints) ont obtenu un nouveau rôle, d’autres personnages importants du parti pourraient à leur tour être récompensés dans les prochains jours.

L’ancien député péquiste Jean-François Simard et l’ex-élu conservateur André Bachand, dont les absences au Conseil des ministres avaient été soulignées, sont pressentis pour devenir présidents d’une commission parlementaire. Un tel poste offre une rémunération supplémentaire de 23 926 $.

Contactée par Radio-Canada, la CAQ indique qu’elle nommera aussi prochainement 6 des 10 présidents, tout comme 4 vice-présidents, laissant les autres sièges aux partis d’opposition. Cette tâche est habituellement confiée à des élus d'expérience, habitués aux rouages parlementaires.

Par ailleurs, le député de Lévis François Paradis devrait soumettre sa candidature à l’ensemble des élus pour devenir président de l’Assemblée nationale, dès la première séance fixée le 27 novembre.

Politique provinciale

Politique