•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une quarantaine d'enfants incommodés à Ottawa : les freins de l'autobus seraient en cause

Au moins 5 ambulances dans une rue.
Les enfants sont tous dans un état stable. Photo: Radio-Canada / Courtoisie : Service paramédic d'Ottawa
Radio-Canada

Environ 40 enfants de l'École élémentaire catholique d'enseignement personnalisé Lamoureux ont été exposés à une substance inconnue dans un autobus scolaire, jeudi matin, au sud d'Ottawa, selon les ambulanciers paramédicaux. Quinze d'entre eux ont été transportés à l'hôpital.

Le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) a révélé que les premiers éléments d'information suggèrent que le système de freinage du véhicule pourrait être en cause.

Selon une analyse préliminaire réalisée par un technicien du Consortium de transport [scolaire] d’Ottawa, la cause probable de cette situation serait le réchauffement des nouveaux freins récemment posés sur l'autobus, a fait savoir le CECCE par voie de communiqué.

Le Consortium de transport d’Ottawa, en collaboration avec les différents partenaires, poursuivra son enquête afin de déterminer s’il y a une autre cause qui pourrait expliquer les malaises ressentis par les élèves.

Communiqué de presse du CECCE

Le conseil scolaire a indiqué que les responsables de l'école élémentaire ont appelé les services d'urgence vers 9 h 15. Des élèves éprouvaient des nausées et des problèmes respiratoires.

L'incident s'est produit sur l'avenue Kaladar, dans le quartier Ridgemont. L'équipe d'intervention en matières dangereuses (HAZMAT) a été dépêchée sur place, de même que des ambulanciers paramédicaux.

Selon Marc-Antoine Deschamps, surintendant des relations publiques du Service paramédic d'Ottawa, tous les parents ont été contactés et mis au courant de la situation.

Pour ce qui est de la réaction des enfants, certains étaient nonchalants par rapport à ce qu'il se passait, d'autres avaient peur, d'autres pleuraient, a décrit M. Deschamps.

Les symptômes sont génériques, donc ce n'est pas quelque chose qu'on peut attribuer à une substance en particulier. [...] On n’a détecté aucune trace de monoxyde de carbone, donc ça va être aux pompiers d'Ottawa et à la compagnie d'autobus d'essayer de comprendre quelle était la substance, a-t-il expliqué en entrevue à RDI.

En fin de journée jeudi, le CECCE a indiqué que plusieurs des 15 enfants de 6 à 12 ans qui ont été transportés à l'hôpital sont de retour à la maison. D'autres étaient toujours en observation au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO).

Accidents et catastrophes

Justice et faits divers