•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa octroie 11 M$ pour l’immigration francophone hors Québec

Un stylo et un formulaire

L'immigration francophone au Canada

Photo : iStockPhoto.com

Radio-Canada

Le ministre canadien de l'Immigration, Ahmed Hussen, a annoncé qu'Ottawa va injecter 11 millions de dollars pour l'accueil des nouveaux arrivants de langue française qui choisiront de s'installer ailleurs qu'au Québec. Le montant s'échelonnera sur les cinq prochaines années.

Selon le ministre Hussen, il s’agit de consolider les services d’établissement francophones, de la période précédant le départ jusqu’à l’obtention de la citoyenneté.

Quatre organismes régionaux en Nouvelle-Écosse, en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique pourront fournir de l'information sur leur province d'accueil.

Des employés seront embauchés dans certains pays d'origine, comme le Maroc ou la Tunisie, pour que ces immigrants puissent avoir un « contact personnel » avec quelqu'un qui peut répondre à leurs questions, a expliqué le ministre Hussen.

Des bureaux seront mis en place dans les pays de la Francophonie afin de préparer le terrain pour les candidats à l'immigration recherchés par les communautés francophones minoritaires au pays.

On voit qu’il y a une sensibilité de la part du gouvernement, de comprendre l’importance de l’immigration francophone, s’est réjouie Soukaina Boutiyeb, la directrice générale de l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne (AFFC).

L'immigration francophone « essentielle »

L’Immigration francophone, c’est certain que c’est essentiel dans les communautés en situation minoritaire, a-t-elle dit, ajoutant que cet effort était un pas dans la bonne direction pour endiguer le déclin du français dans les communautés.

C’est une très belle annonce, parce que ça permet de faciliter l’arrivée d’immigrants francophones au Canada, a pour sa part affirmé Abdourahamane Diallo, un gestionnaire au Conseil économique et social d'Ottawa-Carleton.

Soukaina Boutiyeb répond aux questions d'un journaliste.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Soukaina Boutiyeb, directrice générale de l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne.

Photo : Radio-Canada

Le collège La Cité, à Ottawa, servira de point de contact auprès des immigrants, tant à l’étranger qu’à leur arrivée au pays. L'établissement d'enseignement postsecondaire transmettra les dossiers sélectionnés à quatre partenaires régionaux à travers le Canada qui offriront des services d'établissements adaptés à chaque province, dont de l'aide à la recherche d'emplois.

Par ailleurs, le Centre francophone de Toronto fournira des services d'accueil et d'intégration à l'aéroport international Pearson, par où transitent environ 2500 immigrants de langue française chaque année.

Le coût des tests d'évaluation de compétence linguistique en langue française des nouveaux arrivants devrait être équivalent à celui des tests en anglais, a indiqué le ministre.

Avec les informations de La Presse canadienne

Ottawa-Gatineau

Francophonie