•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maintenant sortie de prison, la chrétienne Asia Bibi plus vulnérable que jamais au Pakistan

Brandissant une banderole sur laquelle est écrit « Pendez Asia », des partisans du Parti islamiste du Pakistan protestaient le 4 novembre 2018 contre la décision de la Cour suprême d’acquitter la chrétienne Asia Bibi, reconnue coupable de blasphème.

Photo : The Associated Press / Fareed Khan

Agence France-Presse

La chrétienne Asia Bibi, acquittée il y a une semaine après huit ans passés dans les couloirs de la mort pour blasphème, mais qui était restée incarcérée depuis lors, a été libérée, a annoncé mercredi son avocat Saif ul-Mulook dans un message à l'Agence France-Presse.

« Elle a été libérée. On m'a dit qu'elle était dans un avion, mais personne ne sait où elle va atterrir », a écrit Me ul-Mulook. L'ordre de libération est parvenu mercredi à la prison de Multan, où elle était détenue, a indiqué une cadre pénitentiaire.

D'après un responsable de l'aviation civile à Multan, un petit avion y a atterri dans la soirée avec « quelques étrangers et quelques Pakistanais » à son bord, sans plus de précision.

Le mari d'Asia Bibi a réclamé samedi l'asile pour sa famille aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou au Canada, arguant d'un trop grand danger s'ils restaient au Pakistan.

« Je demande au président Donald Trump de nous aider à partir. Après cela, je demande à la première ministre britannique [Theresa May] de faire de son mieux pour nous aider », a déclaré Ashiq Masih dans un message vidéo. Le mari d'Asia Bibi a également sollicité l'« aide » du premier ministre canadien Justin Trudeau.

Des islamistes exigent son exécution

L'affaire Asia Bibi divise fortement le Pakistan.

Après que son acquittement a été prononcé, des islamistes, qui exigent son exécution, ont bloqué trois jours durant les principaux axes du pays, poussant le gouvernement du premier ministre Imran Khan à signer un accord controversé avec eux.

L'exécutif s'y est engagé à lancer une procédure visant à interdire à Asia Bibi de quitter le territoire et à ne pas bloquer une requête en révision du jugement d'acquittement. L'accord a été critiqué par de nombreux Pakistanais.

Une femme recouverte d'un voile à motifs couvrant tout sauf ses yeux est assise aux côtés d'un homme portant lunettes et veston.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photo d’archives novembre 2010, le gouverneur du Pendjab au Pakistan Salman Taseer et Asia Bibi. M. Taseer a été assassiné un mois et demi plus tard parce qu’il se serait opposé à la loi condamnant le blasphème.

Photo : The Associated Press

Mme Bibi, ouvrière agricole chrétienne âgée d'une cinquantaine d'années et mère de cinq enfants, avait été condamnée à mort en 2010 pour blasphème à la suite d'une dispute avec des villageoises musulmanes au sujet d'un verre d'eau.

Son cas avait ému la communauté internationale.

La maire de Paris Anne Hidalgo s'est dite lundi « prête à l'accueillir » avec sa famille dans la capitale française.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a pour sa part affirmé que le Canada était prêt à faire « tout son possible » et à prendre « toutes les mesures nécessaires » pour assurer la sécurité d'Asia Bibi et de sa famille.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Asie

International