•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hommage à un soldat saskatchewanais mort durant la Première Guerre mondiale en Belgique

Une photo d'époque de George Price en uniforme militaire.

Le soldat canadien George Price est mort 2 minutes avant l'Armistice, le 11 novembre 1918.

Photo : Mémorial virtuel de guerre du Canada

Radio-Canada

Un monument dédié au soldat canadien George Price, mort le jour de la fin de la Première Guerre mondiale en Belgique, a été inauguré samedi dans le plat pays, un jour avant le 100e anniversaire de l'Armistice.

Un contingent de 200 membres des Forces armées canadiennes a assisté à la cérémonie à Le Rœulx.

George Lawrence Price travaillait comme ouvrier agricole à Moose Jaw avant son recrutement par l’armée canadienne en 1917. Il a été abattu par un tireur d’élite allemand à 10 h 58, le 11 novembre 1918, soit 2 minutes avant l’Armistice.

Le maire de Le Rœulx, Benoît Friart, décrit le lien que sa communauté entretient avec George Price.

« Au départ, les gens ne se sont pas rendu compte de l’importance qu’avait George Price », dit-il en expliquant que cette prise de conscience s’est faite petit à petit, notamment en 1968, lors de l’inauguration d’une plaque commémorative à son nom.

Ils ne se sont peut-être pas rendu compte tout de suite que c’était le dernier soldat du Canada, du Commonwealth, qui avait été tué à la fin de la guerre.

Benoît Friart, maire de Le Rœulx

Une école de Ville-sur-Haine, en Belgique, a également été rebaptisée George-Price, il y a quatre ans.

Benoît Friart ajoute qu’à présent c’est « tout un mémorial, tout un square, tout un lieu » qui lui sont dédiés.

Une pierre tombale sur laquelle il est écrit « 256265 PRIVATE, GEORGE LAWRENCE PRICE, 28TH CANADIEN INF., 11TH NOVEMBER 1918 ».

George Price a été abattu par un tireur d’élite allemand à 10h58 le 11novembre1918, soit deux minutes avant l’Armistice.

Photo : Mémorial virtuel de guerre du Canada

« Ce que nous voulons dire à nos amis canadiens, c’est que nous n’oublions pas un des leurs qui a payé de sa vie chez nous. Et nous voulons faire un symbole de tous ces soldats du Canada, du Commonwealth, qui ont payé de leur vie pour que nous puissions recouvrer notre liberté », explique-t-il.

Le lieutenant-commandant de l’armée canadienne Michael McWhinnie, qui vit en Belgique depuis deux ans, confie n’avoir jamais entendu parler de George Price avant de s'installer en Europe.

« J’en ai appris plus dans les deux ans depuis mon arrivée ici dans la région que dans toute ma vie auparavant », explique celui qui est militaire depuis une trentaine d’années.

« La communauté militaire actuelle, on est accueillis par les gens de la région très chaleureusement. Ils expriment leurs remerciements et leur reconnaissance pour des choses qu’on n’a pas faites. Ce sont nos ancêtres et les gens il y a 100 ans », reconnaît-il.

Une rose au nom de George Price

Le site du mémorial en l’honneur de George Price est également enjolivé d’une rose qui porte son nom.

À la suite du Royal concours international de Roses Nouvelles de Roeulx, la variété de roses a été primée en 2017. Elle a par la suite été baptisée le 7 septembre dernier rose George Lawrence Price.

À ce sujet, Benoît Friart raconte que les parrains de la variété de roses sont également des Canadiens.

Jacqueline-Ariadne Desmarais, petite-fille de l’homme d’affaires Paul Desmarais et de l’ancien premier ministre du Canada Jean Chrétien et épouse du prince belge Hadrien de Croÿ-Roeulx, est la marraine de cette rose. Le rôle de parrain revient quant à lui à l’adjoint au chef d’état-major de la division canadienne du partenariat de l’OTAN, le colonel Alexander Schwab.

Le neveu de George Price était présent aux cérémonies. Il avait déjà assisté au 50e anniversaire de l’Armistice, lors de l’inauguration de la plaque commémorative en l’honneur de George Price, en 1968. Il était accompagné de deux autres personnes de la famille de George Price.

Avec les informations de l'émission Pour faire un monde

Saskatchewan

Histoire