•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les wagons du Petit train à vapeur vendus pour une poignée de dollars

Un wagon sur lequel il y a des graffitis. Les vitres sont brisées.

Les wagons du Petit train de Hull-Chelsea-Wakefield sont dans un mauvais état.

Photo : Radio-Canada © 2018 / Michel Aspirot

Radio-Canada

Vandalisés et abandonnés depuis sept ans dans un site industriel du secteur de Hull, les wagons qui ont autrefois fait la renommée du Petit train de Hull-Chelsea-Wakefield s'apprêtent à faire un ultime voyage : un aller simple à Cantley.

Un texte d’Angie Bonenfant

Les wagons ont été vendus à Alain Boucher, le propriétaire de la cantine Chez César à Cantley, qui compte transformer deux des neuf wagons en un « restaurant casse-croûte inspiré des années 50 ».

M. Boucher a acquis les wagons, la table tournante, les poteaux de signalisation et une partie des rails pour la modique somme de 1000 $ des mains de la Ville de Gatineau qui est propriétaire de tout l’équipement jusqu’à la signature du contrat de vente.

L’annonce de la vente a été faite, mercredi, par le conseiller du district Hull-Wright Cédric Tessier qui assumait la présidence du comité exécutif en l’absence du maire Maxime Pedneaud-Jobin.

La vitre d'un wagon qui est brisée. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La plupart des vitres des wagons du Petit train de Wakefield sont brisées.

Photo : Radio-Canada © 2018 / Michel Aspirot

Une opération déménagement difficile

Joint au téléphone dans les minutes qui ont suivi l’annonce, Alain Boucher dit maintenant que le défi demeura le transport des wagons jusqu’à Cantley.

C’est pas comme acheter une voiture que tu vas mettre sur Kijiji et tu vas vendre ça demain matin, a-t-il raconté. C’est presque de l’équipement que tu dois payer pour t’en débarrasser, c’est assez encombrant.

Un wagon, c’est 77 pieds de long, a-t-il poursuivi. Ça ne fitte pas dans la cour d’une résidence pour faire une remise.

M. Boucher a également dit qu’il assume lui-même les frais de déménagement qui, selon les termes de l'entente, doit être complété au plus tard 30 jours après la signature.

Des détritus dans un des wagons de l'ancien train touristique. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des détritus dans un des wagons de l'ancien train touristique.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

« Dans un état pas exceptionnel »

C’était le secret le moins bien gardé en ville. Même si des démarches ont été entreprises pour envoyer la locomotive à la ferme Dalton, la Ville n’a jamais eu l’intention de restaurer les wagons qui sont à l’heure actuelle dans un piteux état.

Ces derniers sont à la merci de saccageurs et le repaire de squatteurs. Les vitres sont brisées. Le mobilier est détruit. Des graffitis sont peints partout sur les murs. Les dommages sont évalués à des milliers de dollars.

Ça fait plusieurs années que l’on sait que le Petit train ne roulera plus, a confirmé le conseiller Tessier. On pense que [la vente], c’est une bonne solution pour s’en départir.

La vente des wagons, c’est la moins pire des solutions qui ont été trouvées pour qu’ils aient une deuxième vie.

Cedric Tessier, Ville de Gatineau

Il faut dire aussi que le marché est restreint pour ces wagons qui comportent certaines limitations.

C’est un peu difficile d’avoir un futur d’opération pour ces wagons parce qu’ils sont originaires d’Europe. Ils ne correspondent pas aux wagons du Canada ni des États-Unis, indique Philip Jago, membre de la Société de chemin de fer Bytown d’Ottawa.

Les wagons peuvent rouler sur nos chemins de fer, mais il n’est pas possible de les attacher aux wagons du Canada parce que le système d’enclenchement n’est pas pareil.

L'intérieur d'un wagon de l'ancien train touristique, qui a subi plusieurs actes de vandalisme.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

«L'objectif, ce n'est pas d'envoyer ça à la ferraille, mais si on arrive à cette solution-là, on va le vendre», avait dit le conseiller Cédric Tessier en 2017.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Louise Boudrias triste, mais soulagée

La conseillère du district du Parc-de-la-Montagne-Saint-Raymond Louise Boudrias qui s’est longtemps battue pour remettre le train touristique sur les rails est de toute évidence déçue.

C'est certain que c'est triste parce que j'aurais aimé ça voir ce projet-là [le Petit train Hull-Chelsea-Wakefield] revenir dans la région, a-t-elle déclaré. On est rendu à autre chose. On doit faire notre deuil avec tout ça.

C'est certain que c'est triste de voir qu'à partir d'aujourd'hui c'est fini à tout jamais.

Louise Boudrias, Ville de Gatineau

Elle se réjouit toutefois du sort de la locomotive qui prend le chemin de la ferme Dalton.

Ce qui me console c'est qu'on va conserver la locomotive à vapeur qui va être dans un site absolument exceptionnel, a-t-elle souligné. Il va y avoir des gens là-bas qui vont s'en occuper, qui vont la garder en bon état. C'est peut-être la consolation qu'on peut avoir.

Un wagon de l'ancien train Hull-Chelsea-Wakefield avec des graffitis. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les wagons de l'ancien train touristique Hull-Chelsea-Wakefield ont été victimes de plusieurs actes de vandalisme.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Ottawa-Gatineau

Politique municipale