•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baie-Comeau exhorte Hydro-Québec à se brancher sur l'industrie de la cryptomonnaie

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, voit de façon positive le bilan financier municipal de l'année 2017.

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Radio-Canada

Le maire de Baie-Comeau exhorte Hydro-Québec à octroyer son surplus d'électricité aux entreprises de cryptomonnaie. Dans un plaidoyer devant la Régie de l'énergie, Yves Montigny a fait valoir que cette industrie pourrait ouvrir une nouvelle page économique pour la région.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Après son témoignage sous serment, mardi, Yves Montigny a expliqué en entrevue à Boréale 138 avoir pourfendu ce qu'il appelle le « moreautoire », en référence au ministre Pierre Moreau. Ce dernier avait, en juin, suspendu le traitement de toute requête provenant de l’industrie de la cryptomonnaie devant l'afflux des demandes.

On se retrouve dans un contexte où l'on débat des priorités d'un gouvernement défait. Cela dit, il faut suivre le processus.

Yves Montigny, maire de Baie-Comeau

Pour l'instant, Hydro-Québec maintient des tarifs dissuasifs pour les entreprises de cryptomonnaie en attendant une décision de la Régie de l'énergie. La Société d'État cherche à sélectionner les projets qui ont le plus de retombées pour le milieu.

Lors de son témoignage, Yves Montigny a souligné la décroissance de la population de Baie-Comeau, son ralentissement économique et l'importance de la diversification industrielle.

Selon lui, il est logique d'encourager une industrie gourmande en électricité dans une région reconnue pour sa production énergétique.

Il montre du doigt les raisons mêmes de la fondation de Baie-Comeau. Il y a une raison pour laquelle le colonel McCormick est venu à Baie-Comeau, c'est parce qu'il y avait une proximité avec la matière première [...] Dans toute la question des électro-intensifs, Hydro-Québec n'en tient pas compte. C'est parce que l'électricité est chez nous!

Selon lui, plus de 100 emplois pourraient être créés par cette nouvelle industrie.

Nous avons plus d'énergie que nos besoins pour le Québec et pour l'exportation. Notre objectif aujourd'hui demeure le même : vendre ses surplus, dit-il en paraphrasant Hydro-Québec. Ça adonne bien, à Baie-Comeau, il y en a des preneurs!

Effectivement, la compagnie GPU ONE poursuit toujours les travaux d'installation d'un centre de données à Baie-Comeau. Le directeur général de l'entreprise, Vladimir Plessovskikh, a également témoigné mardi aux audiences de la Régie de l'Énergie.

Le directeur général de l'entreprise GPU ONE, Vladimir Plessovskikh (gauche), et le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny (droite).Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur général de l'entreprise GPU.one Vladimir Plessovskikh (gauche) et le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny (droite).

Photo : Ville de Baie-Comeau

Vladimir Plessovskikh a plaidé sa cause en relatant sa discussion avec un autre entrepreneur basé aux États-Unis. Ce dernier utiliserait l'énergie vendue par Hydro-Québec chez nos voisins du sud pour alimenter son propre centre de données.

Le président de cette entreprise, quand je l'ai vu il y a quatre semaines, il riait, raconte M. Plessovskikh. Il disait : ''Vous savez que j'utilise l'électricité d'Hydro-Québec. Vous savez que c'est avec cette électricité que je fais fonctionner mes machines. Vous, vous êtes en train de vous chicaner devant la Régie à la place de développer votre marché.''

C'était extrêmement frustrant.

Vladimir Plessovskikh, directeur général de l'entreprise de cryptomonnaie GPU ONE

Les audiences sont maintenant terminées. La Régie de l'énergie pourrait mettre plusieurs mois avant de rendre sa décision.

Avec les informations d'Olivier Roy Martin

Côte-Nord

Cryptomonnaies