•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La demande de cannabis est plus forte qu'anticipée, confirment des producteurs

Un employé d'une compagnie de cannabis montre sa production.
Bourgeons de cannabis Photo: Reuters / Chris Wattie
Radio-Canada

Il y a une pénurie de cannabis au Nouveau-Brunswick : 12 magasins de Cannabis NB sont fermés, faute de produits à offrir. Des producteurs admettent que la demande a dépassé leurs prévisions.

Canopy Growth, un producteur de cannabis ontarien qui fait affaire avec Cannabis NB, a reconnu mardi avoir de la difficulté à répondre aux commandes du détaillant néo-brunswickois.

Nous avons connu une demande plus forte que ce que nous avions anticipé et cela dépasse ce que nous sommes en mesure de produire, explique Jordan Sinclair, le vice-président de l’entreprise.

Il soutient que, comme l’industrie du cannabis est encore nouvelle, de tels ajustements sont normaux. Des mesures ont déjà été prises pour remédier aux lacunes, indique-t-il.

Une queue devant une succursale de Cannabis NB à Moncton.Une longue file de clients s'étirait devant une succursale de Cannabis NB avant l'ouverture du magasin le 17 octobre au matin. Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Lundi, Cannabis NB affirmait qu’elle n’avait reçu que 20 % des volumes attendus le jour de l’ouverture de la part de ses fournisseurs. Nous avons quand même expédié plus de 20 %, précise Jordan Sinclair.

Deux producteurs du Nouveau-Brunswick, Organigram et Zenabis, affirment pour leur part avoir fourni les quantités de cannabis demandées pour le 17 octobre, le jour de la légalisation.

Cannabis NB reste sur ses positions. Aucun producteur partenaire ne nous a envoyé une commande complète en prévision du 17 octobre, indique sa porte-parole, Marie-Andrée Bolduc, par courriel.

Des commandes supplémentaires

Le directeur commercial d’Organigram, Ray Gracewood, admet tout de même avoir été pris de court par de nouvelles commandes envoyées au lendemain de la légalisation.

Dès le 18 octobre, toutes les provinces clientes l’avaient contacté pour lui demander d'expédier plus de cannabis.

Ray Gracewood en entrevue avec une journaliste.Ray Gracewood, directeur commercial d'Organigram, affirme que les détaillants ont tous augmenté leurs commandes d'un coup. Photo : Radio-Canada

Les volumes demandés étaient tels qu’il était impossible pour l’entreprise de tout livrer à temps, indique le directeur. On a vu ça dans toutes les provinces.

Si vous faites une nouvelle commande 10 fois plus élevée que la première, nous ne pouvons pas être tenus responsables [d'un défaut de livraison].

Ray Gracewood, directeur commercial d'Organigram

Cannabis NB indique qu’elle pourrait augmenter le nombre de ses fournisseurs si nécessaire. Actuellement, elle fait affaire avec cinq entreprises : Aphria (Nuuvera Inc.), Zenabis, Organigram, Canopy Growth et CannTrust.

Lundi, 10 magasins de Cannabis NB étaient en rupture de stock. Deux succursales se sont ajoutées mardi : une à Saint-Jean et une autre à Rothesay.

Nouveau-Brunswick

Société