•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de triathlon à Val-d'Or cette année

Chargement de l’image

Des coureuses sur un podium du Triathlon Agnico-Eagle à Val-d'Or en 2015.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Triathlon de Val-d'Or ne sera pas de retour cette année. Le président de l'organisme, Thierry Tremblay, se dit contraint d'annuler l'événement, notamment en raison de la démobilisation des bénévoles.

Un texte de Thomas Deshaies

La problématique concerne plus particulièrement les bénévoles qui sont prêts à s'impliquer sur une longue durée et non uniquement le jour de l'événement.

On a besoin de personnes-ressources pour s'occuper d'un secteur et si on ne les a pas, il faut tout recommencer , explique-t-il, précisant que les démarches annuelles sont importantes.

Les membres de l'organisme affirment avoir fait plusieurs efforts pour trouver de la relève.

« Ce n'est pas une décision qui est facile à prendre, mais, à un moment donné, on ne peut pas faire tout, tout seul. »

— Une citation de  Thierry Tremblay, président du comité organisateur du Triathlon

Décroissance de la popularité

Ce type d'événement sportif connaîtrait une baisse de popularité, selon M. Tremblay, un autre argument qui aurait penché dans la balance lors de la prise de la décision.

Il y a une décroissance de la popularité depuis plusieurs années, mais ce n'est pas juste pour notre triathlon, explique-t-il.

Le triathlon devait être déménagé cette année pour des raisons de sécurité et aussi parce que son déroulement dans le secteur de la marina dérangeait certaines personnes. Cette décision aurait nécessité une implication accrue des citoyens et la collaboration de personnes-ressources.

Le réaménagement aurait aussi nécessité un investissement important, pour un événement dont on n’est pas sûr de garder une certaine pérennité à long terme, affirme M. Tremblay.

Thierry Tremblay se dit toutefois toujours ouvert à discuter avec des personnes qui souhaiteraient prendre la relève.

On n'a pas eu de réponse et d'intérêt (jusqu'à présent), mais si les gens veulent se manifester aujourd'hui, on va regarder cela, mais pour l'instant, ce n'est pas le cas, se désole-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !