•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un stade de la LCF à Halifax est une mauvaise idée, selon des experts

Bruce Kidd, expert en sports et professeur à l'Université de Toronto.

Bruce Kidd, expert en sports et professeur à l'Université de Toronto

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Maritime Football, le groupe d'hommes d'affaires qui tente d'amener la Ligue canadienne de football à Halifax, doit faire une importante annonce, mercredi, alors qu'il accentue ses efforts pour obtenir une franchise. Mais il appert que la principale question, qui est de savoir comment financer la construction d'un stade, reste sans réponse.

Le groupe a franchi un obstacle important le mois dernier, quand le conseil municipal de Halifax a mandaté des employés municipaux de mener une analyse commerciale sur la venue d'une éventuelle équipe de la LCF. Maritime Football a indiqué que la prochaine étape serait de lancer un concours pour nommer l'équipe, ainsi qu'une campagne d'abonnements saisonniers afin de juger de l'intérêt local.

Mais le plus gros obstacle à la venue d'une 10e formation dans la LCF est la construction d'un stade de 24 000 places.

Bien qu'ils aient demandé l'analyse commerciale du projet, plusieurs élus municipaux d'Halifax se sont montrés sceptiques.

Maritime Football demande l'utilisation de fonds publics pour le stade

Les partenaires de Maritime Football ont proposé l'ancienne base militaire de Shannon Park, dans le port de Halifax, comme emplacement pour la construction du stade, ajoutant que le projet de 170 à 190 millions de dollars nécessiterait des fonds publics.

Les coûts de construction devront profiter de fonds publics, a dit Anthony LeBlanc, ex-copropriétaire des Coyotes de l'Arizona de la Ligue nationale de hockey (LNH) et l'un des trois partenaires de Maritime Football.

Je ne vois pas comment on pourrait aller de l'avant avec une proposition de stade sans l'implication d'au moins [la ville de Halifax] et la province, sinon du gouvernement fédéral, a déclaré M. LeBlanc.

Maritime Football propose d'installer des quartiers commerciaux et des immeubles de bureaux autour de son projet, en plus de secteurs résidentiels pour des condos et des maisons en rangée.

Retombées : difficilement crédible, disent les économistes

Mais pour l'économiste du sport Moshe Lander de l'Université Concordia de Montréal, qui enseigne également à l'Université Dalhousie d’Halifax, le projet de Shannon Park est risqué.

Pour lui, l'emplacement excentrique de Shannon Park et la nécessité pour les gens de traverser un pont pour s'y rendre constituent des obstacles majeurs.

Deux ballons de football sur lesquels est écrit « CFL ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Ligue canadienne de football n'a aucune franchise au Canada Atlantique.

Photo : The Canadian Press / John Woods

Qui plus est, il croit qu'on devrait installer le stade où les gens se trouvent déjà, pas où on espère qu'ils s'installeront dans le futur.

Si Shannon Park faisait déjà l'objet d'une importante phase de développement, que le quartier était en train de devenir un endroit à la mode où les jeunes gens s'installeraient, alors oui, vous y déposez un stade et soudainement vous avez une vie nocturne , a-t-il dit. Mais l'inverse ne fonctionne pas.

Les économistes du sport peinent à trouver des preuves de retombées économiques des stades, arénas et franchises de sport professionnel.

Ce genre d’installations génère très peu de revenus pour une région, simplement parce qu’ils prennent le financement qui allait auparavant à d’autres activités récréatives, mentionne Bruce Kidd, kinésiologue de l’Université de Toronto et ancien athlète des Jeux olympiques de Tokyo en 1964.

Il sera difficile pour quiconque de faire un argument commercial crédible, c’est-à-dire [de prouver] que ça fera augmenter le PIB de la région, encore moins générer assez pour rembourser les subventions, ajoute M. Kidd.

Les bureaucrates municipaux doivent étudier plusieurs options de financement pour aider à payer le stade, dont une augmentation des taxes sur les locations de voitures et les nuitées d'hôtel.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !