•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d'anneau extérieur, pas de soucis pour les patineurs du Centre Gaétan-Boucher

Le patineur de vitesse Laurent Dubreuil.
Le patineur de vitesse Laurent Dubreuil. Photo: Radio-Canada

Alors que l’anneau de glace Gaétan-Boucher est un immense chantier de construction, les patineurs de vitesse en longue piste de la région de Québec n’ont plus de centre d’entraînement officiel. Cela ne les empêche pas d’être optimistes en vue des compétitions internationales au programme des prochaines semaines.

Un texte de Jean-Philippe Martin

Laurent Dubreuil s’envolera au cours des prochains jours pour l’Europe, lui qui prendra part d’ici à la mi-décembre, aux quatre étapes de la coupe du monde.

Le patineur de 26 ans place la barre bien haute, lui qui connaît, selon ses dires, un des meilleurs débuts de saison de sa carrière.

Il y a moins de trois semaines à Calgary, l’athlète de Lévis a remporté le championnat canadien au 500 mètres et au 1000 mètres.

« La glace n’était pas parfaite à Calgary, le temps au 500 mètres n’était pas aussi vite que l’an passé, mais d’après moi la performance était aussi bonne à glace égale. »

Je suis excité et je suis convaincu que j’ai le niveau pour monter sur le podium, plus qu’une fois j’espère cet automne.

Laurent Dubreuil, équipe canadienne de patinage de vitesse longue piste

La concurrence s’annonce forte en cette année post-olympique. Laurent Dubreuil constate que les résultats enregistrés sur la scène internationale cet automne préparent le terrain pour des épreuves très relevées.

« Il y a eu des temps exceptionnels qui se sont faits déjà cette saison. Les Néerlandais ont eu leurs sélections nationales en fin de semaine. Il y a eu des records de piste à Heerenveen, là où on fait deux coupes du monde par année. Donc, le niveau va être très fort. »

Chez les femmes, Béatrice Lamarche s’attaque à sa première vraie saison chez les seniors, elle qui a connu beaucoup de succès chez les juniors. De son côté, Noémie Fiset reprend la compétition après avoir subi une opération à une hanche.

Dans les deux cas, l'entraîneur Greg Jelonek n’y voit pas de complexe et s’attend à voir de belles performances de la part des filles lors des compétitions néo-seniors en Pologne à la fin novembre.

Ces épreuves sont destinées aux athlètes en développement qui souhaitent accéder éventuellement au calendrier de coupes du monde.

« Moi, je suis plus pressé que ça, lance Jelonek. Dès le mois de février, on est capable de voir Béatrice aux championnats du monde par distances et je pense que Noémie a peut-être une petite chance au 500 mètres. Elles devront mettre à profit leur voyage des deux prochaines semaines en Europe. »

En attendant 2020

Pendant la construction du centre de glace intérieur sur le site de l’ancien anneau Gaétan-Boucher, les patineurs de longue piste s’entraînent en courte piste sur la surface de dimensions olympiques de l’aréna Bruno-Verret dans le secteur Saint-Étienne-de-Lauzon à Lévis.

Le chantier du Centre de glaces intérieur ne sera pas complété avant 2020Le chantier du Centre de glaces intérieur ne sera pas complété avant 2020. Photo : Radio-Canada

Gregor Jelonek avoue que cette période de transition force tout le monde « à être créatif à l’entraînement », mais malgré tout, il se dit fort emballé par les succès obtenus par ses athlètes en cette nouvelle saison.

« On a quand même eu un des meilleurs résultats aux championnats canadiens au mois d’octobre en qualifiant cinq patineurs pour les coupes du monde et deux patineuses pour les compétitions néo-seniors. On n’a jamais eu ça avant. »

L’ouverture de l’anneau couvert n’est pas prévue avant l’automne 2020. Tout cela semble encore loin, mais les athlètes ont déjà hâte d’y donner leurs premiers coups de patin.

« On voit que ça avance au quotidien parce qu’on a encore des entraînements hors glace à l’anneau, raconte Laurent Dubreuil. On est fébrile. On dîne en regardant le chantier pendant une demi-heure et on ne se tanne pas. »

Il me reste un nombre limité de saisons dans ma carrière, mais ceux qui ont 15 ans vont en profiter longtemps. Ça va être magique pour nos résultats en tant que province et en tant que pays.

Laurent Dubreuil, au sujet du centre de glace intérieur qui doit ouvrir en 2020

Entre-temps, Laurent Dubreuil ne va pas s’ennuyer du vieil anneau extérieur qui offrait à son goût, un environnement peu favorable pour l’entraînement.

« C’est dur d’expliquer à quel point ce n’était pas de bonnes conditions d’entraînement alors ça ne nous dérange pas de sacrifier deux années d’entraînement à la maison pour que notre sport en bénéficie. »

Québec

Patinage de vitesse