•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une manifestation à Ottawa contre la construction du site de déchets radioactifs de Chalk River

Un homme masqué

Un homme manifeste devant la tour de la Paix à Ottawa. Il s'oppose aux installations de traitement des déchets radioactifs prévues le long de la rivière des Outaouais

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des citoyens qui s'opposent à la construction d'un site pouvant stocker un million de mètres cubes de déchets faiblement radioactifs le long de la rivière des Outaouais, à Chalk River, ont participé à une manifestation au centre-ville d'Ottawa, mardi après-midi.

Une cinquantaine de personnes costumées ont marché, sous une pluie battante, pancartes à la main, de la rue Sparks à la colline du Parlement.

Les manifestants craignent que les déchets radioactifs se déversent dans la rivière des Outaouais, qui est une source d'eau potable pour des « millions de Canadiens ».

Les Ontariens et les Québécois sont très inquiets, a déclaré Eva Schacherl, porte-parole de la Coalition contre les dépotoirs nucléaires sur la rivière des Outaouais. La rivière des Outaouais, c'est la source d'eau potable de millions de gens, de Montréal à Chalk River.

Une banderole devant la tour de la Paix, à OttawaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une banderole dénonçant l'installation d'une usine de traitement des déchets radioactifs le long de la rivière des Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Hugo Bélanger

Les opposants demandent au gouvernement de recommencer le projet de dépotoir à zéro. Ils exhortent les autorités à mettre sur pied une consultation qui permettra de trouver un site approprié loin de la rivière des Outaouais et des grands centres urbains.

Ils veulent surtout que le modèle choisi respecte les normes internationales, selon lesquelles le site serait construit sous terre et « pas sept étages de haut ».

Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), on a seulement 12 ans pour freiner les changements climatiques, a rappelé Mme Schacherl. On a besoin de solutions rapides. [...] Ce qu'on peut faire immédiatement, c'est d'investir dans les énergies renouvelables.

La marche a été organisée et soutenue par la Coalition contre les dépotoirs nucléaires sur la rivière des Outaouais, les Citoyens concernés du comté et de la région de Renfrew, l'Association des villégiateurs de Old Fort William, la Fondation Sierra Club Canada et la Garde-rivière des Outaouais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !