•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Relais francophone, nouvelle structure au service des immigrants

Un stylo sur un formulaire d'immigration du gouvernement du Canada.
Le Relais francophone de la Colombie-Britannique est désormais responsable des services directs offerts aux nouveaux arrivants. Photo: Getty Images / Alex Skopje
Radio-Canada

Un nouvel organisme, le Relais francophone de la Colombie-Britannique, a été créé cette fin de semaine. Chargé de fournir des services aux nouveaux arrivants, il regroupe en son sein 11 organismes provinciaux.

Un texte de Saïda Ouchaou

Jacky Yenga (Essombé), la présidente, explique que la coopérative fournira les mêmes services d’accueil et d'établissement aux immigrants francophones qui étaient jusque-là gérés par la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB). Ce qui change, précise-t-elle, c’est que la structure créée devient indépendante de la FFCB.

Je suis vraiment ravie de faire partie de cette aventure.

Jacky Yenga, présidente du Relais francophone

Le Relais francophone de la Colombie-Britannique regroupe les 11 organismes suivants :

  • Réseau-Femmes Colombie-Britannique;
  • La Société Francophone de Maillardville;
  • La Société francophone de Victoria;
  • La Boussole;
  • Le Centre culturel francophone de Vancouver;
  • RésoSanté;
  • Association francophone de Kamloops;
  • Le Cercle des Canadiens français de Prince George;
  • Conseil jeunesse;
  • Association francophone de Surrey;
  • Association des francophones de Nanaimo.
Jacky Yenga Essombe dans un studio de radio devant un micro.L'artiste vancouvéroise, Jacky Yenga, devient la première présidente du Relais francophone de la C.-B. Photo : Radio-Canada

Jacky Yenga souligne qu’étant elle-même immigrante elle a à coeur de faciliter l’intégration des nouveaux arrivants francophones. Si son expérience a été positive, elle sait que cela peut être difficile pour bien des gens. Elle croit que des services en français sont essentiels pour bien accompagner les immigrants vers les ressources disponibles.

Les nouveaux membres du conseil d'administration, élus dimanche, vont bénéficier du soutien de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique pour consolider la passation des services.

La présidente fait remarquer que les nouveaux élus ont des expériences qui permettront de bien gérer la structure. Jacky Yenga a elle-même été conseillère puis vice-présidente de la Boussole pendant plusieurs années. Elle note cependant que la Fédération des francophones est l’organisme qui a l’expérience pratique du dossier de l’immigration.

La première des priorités, pour nous, les conseillers de la coopérative, ça va être de passer du temps à en apprendre davantage et à voir les opportunités et les obstacles auxquels la coopérative va faire face.

Jacky Yenga, présidente du Relais francophone de la Colombie-Britannique

Si le dossier de l’immigration francophone a été une source de division par le passé dans la communauté, la présidente du Relais francophone souligne que c’est aujourd’hui un dossier qui rassemble.

L’objectif pour nous, le conseil d’administration, ça va être de vraiment travailler en partenariat et en collaboration avec tous les organismes francophones qui font partie de la coopérative.

Jacky Yenga, présidente du Relais francophone de la Colombie-Britannique

La Fédération des francophones et ses partenaires communautaires ont choisi de créer une coopérative et non une association à but non lucratif pour permettre au Relais francophone de générer ses propres revenus et de les réinvestir.

Robert Rothon, directeur général de la FFCB, pense en effet que les coopératives ont un avantage : elles peuvent générer des revenus, se doter, en plus de services gratuits, de services payants et le conseil d’administration peut décider de réinvestir cet argent avec, par exemple, des retours pour la communauté.

Colombie-Britannique et Yukon

Associations francophones