•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La province veut plus de médecins pour autoriser l'opération de changement de sexe

Le drapeau transgenre.
Le ministère de la Santé saskatchewanais recherche des médecins volontaires pour guider les patients qui veulent obtenir l'autorisation pour l'opération chirurgicale. Photo: Flickr / torbakhopper
Radio-Canada

Le ministère de la Santé de la Saskatchewan veut améliorer la façon dont on autorise les opérations de changement de sexe hors de la province, là où la procédure est offerte. Le gouvernement recherche des médecins qui souhaiteraient être assermentés pour être capables d'orienter une personne vers une clinique.

À l’heure actuelle, seuls six médecins sont autorisés par la Saskatchewan à orienter les patients vers une clinique. Toutefois, un seul réside dans la province, Sara Dungavell, de Saskatoon. Cette référence est obligatoire pour obtenir la couverture complète des frais médicaux engendrés hors de la province, et elle doit être secondée par deux autres avis médicaux. Si le patient doit subir une intervention aux organes génitaux, il doit aller à Montréal, où se trouve la seule clinique existante.

Reann Legge.Reann Legge a pu bénéficier des services de la Dre Sara Dungavell. Photo : Radio-Canada

Reann Legge est une femme transgenre qui estime avoir eu de la chance de pouvoir rencontrer la Dre Dungavell et d’avoir obtenu son billet pour Montréal. Mais elle pense que le cheminement est trop compliqué, ce sur quoi la médecin est d'accord.

« Cela a pris des années avant que la date de la chirurgie soit réservée et que le financement soit approuvé », note Reann Legge.

Sara Dungavell a une liste d’attente de trois ans pour recevoir ses patients. « Donc, pour eux, attendre signifie qu'ils se retrouvent dans un moment de désespoir », dit-elle.

La province va dans le bon sens

La spécialiste dit aussi que la volonté d'avoir plus de médecins capables de fournir cette référence va dans le bon sens. Cela pourrait effectivement réduire le temps d’attente. Pour elle, les médecins de famille seraient un excellent choix. « Je pense qu’il est beaucoup plus pratique d’avoir l’avis d’un médecin de famille, qui parle régulièrement de tout type de chirurgie », affirme-t-elle.

La Dre Sara Dungavell devant un petit avion.La Dre Sara Dungavell est la seule praticienne autorisée par le gouvernement provincial à aiguiller les patients vers la clinique de réassignation sexuelle, résidant en Saskatchewan. Photo : Radio-Canada

Cat Haines, une défenseure des droits des transsexuels en Saskatchewan, pense la même chose. Avoir plus de médecins autorisés va dans la bonne direction, mais elle déplore le fait que l’avis de deux médecins supplémentaires, dont un psychiatre, est toujours obligatoire. « Je ne pense pas qu'il y ait une seule autre procédure dans la province qui oblige à demander des soins psychiatriques avant d'être considéré comme prêt à subir d'autres soins » soutient la coprésidente du groupe TransSask.

La plupart des autres provinces ne demandent l'orientation que d’un seul praticien. En Ontario, un médecin ou une infirmière peut remplir le formulaire d'approbation préalable. En Colombie-Britannique, le processus se fait en collaboration entre le chirurgien et le fournisseur de soins primaires, médecins et infirmières.

Procédure en Saskatchewan :

  • 1re étape : le médecin de famille ou un médecin spécialiste propose un traitement hormonal.
  • 2e étape : le médecin de famille ou un médecin spécialiste peut orienter la personne vers un psychiatre dans la province, qui la conseillera pour la suite de la procédure.
  • 3e étape : le psychiatre peut proposer une opération de réassignation sexuelle.
  • 4e étape : la personne doit obtenir l’autorisation du ministère de la Santé de la Saskatchewan, qui couvrira l’ensemble des frais. Six médecins sont autorisés à faire cette référence pour la province, dont une seule qui pratique en Saskatchewan.

Le gouvernement provincial affirme que le fait d'avoir plus de médecins reconnus fournirait des ressources supplémentaires à ceux qui souhaiteraient se faire opérer.

« L'augmentation du nombre d'autorités reconnues augmentera l'accès aux services pour les résidents de la Saskatchewan », a déclaré la ministre de la Santé dans un courriel. Les médecins qui souhaitent fournir des références pour une chirurgie de changement de sexe à l'extérieur de la province sont priés de contacter le ministère de la Santé.

Saskatchewan

Communauté LGBTQ+