•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Dépôts à neige : la Ville de Québec doit investir 2,5 M$

    L'entrée du dépôt à neige De la Jonquière dans le quartier Duberger.
    Le dépôt à neige De la Jonquière, dans le quartier Duberger, doit être complètement réaménagé. Photo: Radio-Canada / Olivier Lemieux
    Radio-Canada

    La Ville de Québec doit réaménager complètement son plus important dépôt à neige. Le site De la Jonquière dans le secteur Duberger–Les Saules ne respecte pas les normes environnementales provinciales et il déverse son eau de fonte directement dans la rivière Saint-Charles.

    Un texte d'Olivier Lemieux

    Le rapport de la firme Stantec obtenu par Radio-Canada est sans appel : d’importants travaux doivent être menés au dépôt à neige municipal De la Jonquière afin d'améliorer le drainage et la filtration de l'eau de fonte à la sortie du site.

    Selon les auteurs, des abrasifs, des déchets ou encore des métaux liés à l’usure et à la corrosion des véhicules se retrouvent mêlés à la neige usée qui est stockée dans les dépôts municipaux.

    Un camion circule sur le site du dépôt à neige De la Jonquière, dans le secteur Duberger.fUn camion circule sur le site du dépôt à neige De la Jonquière, dans le secteur Duberger. Photo : Radio-Canada

    Or, la filtration de l’eau de fonte au site De la Jonquière est « peu efficace », souligne le rapport.

    Le drainage des installations est « déficient », puisque plusieurs points de captage des eaux sont obstrués ou carrément ensevelis par des débris.

    Lors de notre passage, nous avons pu constater que l’extrémité d’un tuyau servant à canaliser l’eau de fonte était protégée par une grille rudimentaire rouillée.

    Une grille rudimentaire rouillée est disposée devant un tuyau servant à canaliser l'eau de fonte.Une grille rudimentaire rouillée est disposée devant un tuyau servant à canaliser l'eau de fonte. Photo : Radio-Canada / Olivier Lemieux

    De nombreux déchets étaient aussi visibles sur le sol.

    Selon la firme Stantec, l’eau de fonte du dépôt De la Jonquière est redirigée dans l'égout pluvial municipal et se déverse directement dans la rivière Saint-Charles, à environ 200 mètres du site.

    En violation des normes

    Toujours selon le rapport, l’eau rejetée par le dépôt De la Jonquière a excédé les normes provinciales pour les matières en suspension (MES) au cours des 5 dernières années.

    En 2015, un prélèvement a même montré une présence totale de MES près de 20 fois supérieure à la norme acceptée par le ministère de l’Environnement du Québec.

    Selon les auteurs du rapport, la proximité de la rivière Saint-Charles « ajoute au besoin de rehausser le niveau de traitement des installations. »


    Chaque année, environ 1,2 million de mètres cubes de neige sont entreposés au site De la Jonquière, soit l'équivalent de près de 140 000 chargements de camions de 12 roues.

    Un plan de réaménagement a été préparé en 2015 par l’administration Labeaume, mais le projet a été suspendu.

    Les coûts du réaménagement du dépôt De la Jonquière sont estimés à 1,2 million de dollars, mais les auteurs précisent que des améliorations doivent aussi être apportées aux 9 autres dépôts à neige municipaux.

    Au total, près de 2,5 millions de dollars devront être investis au cours des prochaines années.

    Le réseau d'égout pluvial se déverse directement dans la rivière Saint-Charles.Le réseau d'égout pluvial se déverse directement dans la rivière Saint-Charles. Photo : Radio-Canada / Olivier Lemieux

    La Ville prête pour un hiver record?

    Les auteurs soulignent aussi la nécessité pour la Ville de Québec d’augmenter sa capacité de stockage de neige.

    La politique de densification en vigueur à Québec limite les endroits où la Ville peut disposer de la neige usée l’hiver.

    Les nouvelles constructions résidentielles s’élèvent sur des terrains plus petits, ce qui force le ramassage dans plusieurs secteurs.

    En 2016, la Ville de Québec a fermé deux dépôts jugés trop polluants, l'un à Val-Bélair et l'autre dans l’arrondissement de la Haute-Saint-Charles, ce qui a augmenté les transports de neige dans les 10 sites restants.

    Le rapport de Stantec précise que si Québec devait revivre l’hiver record de 2008, alors que 550 cm de neige se sont abattus sur la capitale, les dépôts actuels ne répondraient pas à la demande.

    • Neige entreposée à l’hiver 2007-2008 : 12 871 000 mètres cubes
    • Capacité extrême calculée de l’ensemble des dépôts : 10 865 000 mètres cubes
    Des déchets jonchent le sol du site d'entreposage de la neige.Des déchets jonchent le sol du site d'entreposage de la neige. Photo : Radio-Canada / Olivier Lemieux

    « Il y a urgence », dit l'opposition

    Selon Jean Rousseau, conseiller de Démocratie Québec, la Ville sait depuis longtemps que le dépôt à neige De la Jonquière est arrivé à la fin de sa vie utile. C'est d'ailleurs son parti qui a révélé en 2016 les problèmes environnementaux de deux sites situés à proximité de la prise d'eau potable de la Ville, dans le bassin versant du lac Saint-Charles.

    Même si le dépôt De la Jonquière est situé plus bas, en aval de la prise d'eau, Jean Rousseau croit que l'administration Labeaume doit prendre ses responsabilités.

    « Les échéanciers et les délais ne sont plus acceptables, tranche-t-il. Le maire doit procéder. »

    Les auteurs recommandent de commencer le réaménagement du dépôt De la Jonquière d'ici un maximum de deux ans.

    Une porte-parole de la Ville de Québec a confirmé à Radio-Canada que la Ville accueillait favorablement les recommandations du rapport.

    Politique municipale

    Politique