•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Première Nation nord-ontarienne parmi les finalistes des villes intelligentes

Première Nation Pic River en Ontario.
Biigtigong Nishnaabeg espère mettre la main sur les cinq millions de dollars que lui rapporterait une victoire dans le Défi des villes intelligentes. Photo: Biigtigong Nishnaabeg/Ojibways of the Pic River First Nation
Radio-Canada

La communauté autochtone de Pic River, aussi appelée Biigtigong Nishnaabeg, figure parmi les 20 finalistes du Défi des villes intelligentes. Elle est située à environ 300 km à l'est de Thunder Bay.

Un texte de Caroline Bourdua

Ce grand concours lancé par le gouvernement fédéral a attiré 130 candidatures.

Les collectivités participantes devaient soumettre un projet visant à améliorer la qualité de vie de leurs citoyens par l’entremise de l’innovation et des technologies de pointe.

Ce que propose la communauté Biigtigong Nishnaabeg, c’est de redonner aux jeunes la langue maternelle.

Pic River veut aussi parfaire les connaissances des jeunes en sciences, en technologie, en ingénierie et en mathématiques (STIM).

Des 443 membres de la Première Nation de Pic River, seulement une personne parle couramment notre langue autochtone.

JoAnne Michano, directrice générale de la communauté Biigtigong Nishnasbeg

Nous n’avons pratiquement plus personne à Pic River qui comprend la langue nishnaabemwin, dit JoAnne Michano, la directrice générale de la communauté Biigtigong Nishnaabeg.

Le modèle d’apprentissage est basé sur les programmes d’immersion en français.

Parce que nous avons peu de membres de la communauté qui parlent couramment la langue maternelle, nous avons trouvé une personne dont le dialecte est similaire et elle pourra amalgamer sa langue à la nôtre à l’aide de matériel comme des dictionnaires et la conjugaison de verbes selon une charte établie. Nous n’avons plus de transmetteurs de la langue et c’est là qu’entre en jeu la technologie, explique Mme Michano.

Le projet vise la création de transmetteurs de la langue et la présentation de cours en ligne.

Toutes les vidéos et tous les cours de STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) seront disponibles sous une licence créative commune, à la fois en nishnaabemwin et en anglais.

L'enseignante de maternelle est debout devant les élèves assis aux trois tables de la classe.Bien que la langue nishnaabe soit parmi les plus vivantes au pays, elle est de moins en moins transmise aux jeunes générations. Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Les jeunes de la maternelle à la 12e année bénéficieront de 2000 heures de cours d’immersion grâce à des appareils mobiles.

Biigtigong Nishnaabeg mise aussi sur la technologie pour le transfert oral intergénérationnel des connaissances nishnaabe traditionnelles.

Importance de la langue traditionnelle

Bien que la langue nishnaabe soit parmi les plus vivantes au pays, elle est de moins en moins transmise aux jeunes générations.

Connaître sa langue permet la réconciliation, dit Mme Michano. Les jeunes ont besoin de s’identifier et d’en apprendre sur leur histoire et celle de leurs ancêtres afin de mieux se reconnaître.

Tout récemment, l’organisme Union of Ontario Indians a signé avec Ottawa une entente garantissant le contrôle de son système d’éducation dans les communautés de la Nation Anishinabek.

Nous voulons partager notre projet avec eux, affirme Mme Michano.

Un groupe de la Première Nation de Pic River.Selon Mme Michano, seulement une personne de sa communauté peut converser couramment en langue nishnaabe. Photo : Biigtigong Nishnaabeg/Ojibways of the Pic River First Nation

Sommet Villes d’avenir Canada

Cette conférence qui aura lieu à Toronto les 8 et 9 novembre permettra aux membres du jury du Défi des villes intelligentes de rencontrer les vingt finalistes.

Ensemble, ils feront le point sur les progrès réalisés dans les préparatifs des propositions qui doivent être terminées d’ici le 5 mars 2019.

L’an dernier, le gouvernement fédéral a mis les collectivités au défi pour développer des approches novatrices afin de résoudre des problèmes locaux avec l’utilisation de données et de technologies.

Éducation

Société