•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec rend public le rapport du patron du SPVM Martin Prud'homme

Un homme vêtu de l'uniforme du Service de police de la Ville de Montréal
Le chef intérimaire du Service de police de la Ville de Montréal, Martin Prud'homme Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Chargé il y a un an, par Québec, de faire le ménage à la direction du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), notamment à sa Division des affaires internes, son chef intérimaire Martin Prud'homme a finalement terminé son mandat. Son rapport sera rendu public aujourd'hui par la ministre de la Sécurité publique.

Selon nos sources, Martin Prud'homme quittera officiellement ses fonctions quelque part en décembre en vue de réintégrer son poste de directeur général de la Sûreté du Québec (SQ), en janvier.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, doit rendre public son rapport au cours de la journée. M. Prud'homme doit aussi réagir aujourd'hui.

Martin Prud’homme a été mandaté en décembre 2017 par l’ancien ministre libéral de la Sécurité publique, Martin Coiteux, pour prendre la tête du SPVM pendant un an, à la suite de la suspension de son chef Philippe Pichet.

M. Pichet avait été suspendu à la suite du rapport Bouchard, commandé par la Sécurité publique, qui avait révélé que plusieurs enquêtes internes au SPVM portant sur des allégations de corruption, de brutalité et de menaces avaient été « bâclées ».

Irrégularités préoccupantes aux affaires internes

Dans le rapport qu’il avait présenté à l’époque, le commissaire Michel Bouchard rapportait avoir découvert plusieurs irrégularités après un examen de plus de 1000 dossiers déposés auprès de la Division des affaires internes du SPVM de 2010 à 2017, soit avant et pendant le règne de Philippe Pichet, nommé à l'été 2015 à la suite d'une recommandation de l'ex-maire Denis Coderre.

Le commissaire Bouchard faisait notamment état d’un rapport d’enquête ne comportant qu’une seule page dans un dossier d’allégations graves de corruption contre un policier ou encore de l’omission par des enquêteurs de rencontrer des témoins importants à la suite de plaintes déposées contre des agents pour brutalité policière.

Le commissaire avait également dénoncé les délais parfois abusifs qui ont conduit à la prescription de certains dossiers.

Dans la foulée de ce constat plutôt gênant pour le SPVM, le ministre Coiteux avait fait appel au directeur général de la SQ, Martin Prud’homme, pour faire le ménage au SPVM et restructurer les affaires internes ainsi qu’une partie du volet opérationnel du corps de police.

Martin Prud'homme avait somme toute été bien accueilli par les policiers du SPVM en dépit des vieilles rivalités entre le plus important corps de police municipale de la province et la SQ.

C’est son adjoint, Yves Morency, qui a pris les commandes de la Sûreté du Québec pour la durée du mandat de Martin Prud’homme au SPVM.

Grand Montréal

Politique provinciale