•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mike Reilly portera-t-il le chandail des Eskimos, des Alouettes ou des Lions l’an prochain?

Le quart-arrière des Eskimos d'Edmonton, Mike Reilly, a remporté le titre de joueur par excellence lors du gala de la Ligue canadienne de football (LCF).
Mike Reilly, joueur par excellence de l'année en 2017 Photo: La Presse canadienne / Nathan Denette
Radio-Canada

Le quart-arrière Mike Reilly a passé une grande partie de la semaine à répondre à des questions sur ce qui a mal tourné cette saison pour les Eskimos. Dès la fin du match, samedi, il a dû commencer à répondre aux questions sur son avenir avec l'équipe.

Les Eskimos d’Edmonton ont mis fin à leur saison avec une victoire de 33-24 samedi sur les Blue Bombers de Winnipeg. Déjà éliminés des séries éliminatoires, les Eskimos ne jouaient ce match que pour l’honneur.

Les attentes étaient élevées envers l’équipe en début de saison. Hôte de la Coupe Grey et menée par le joueur par excellence de la saison 2017, Mike Reilly, Edmonton avait été établie favorite pour remporter les grands honneurs par 23 % des journalistes du pays, selon un sondage réalisé par la LCF en juin.

Malgré une fiche de 5-2 en début de saison, l’équipe a terminé avec une fiche de 9-9, au dernier rang de la division Ouest.

Reilly veut gagner

S’ils veulent convaincre Reilly de poursuivre sa carrière à Edmonton, les Eskimos devront lui prouver qu’ils souhaitent, autant que lui, mettre la main sur une autre Coupe Grey.

Celui qui est le visage de la franchise depuis six saisons a toujours été un bon ambassadeur pour la capitale albertaine. L’amour qu’il a pour la ville, et pour les gens qui l’habitent, ne seront pas suffisants pour qu’il accepte automatiquement de signer l’offre qui lui sera faite par le directeur Brock Sunderland.

J’adore Edmonton, a mentionné Reilly dimanche après avoir nettoyé son casier. Je me sens privilégié chaque fois que j’enfile le chandail vert et or. Je suis extrêmement fier de représenter la ville d’Edmonton, de jouer avec les coéquipiers que nous avons dans ce vestiaire ainsi que pour nos entraîneurs actuels.

Comme il l’avait fait plus tôt la semaine dernière, le quart-arrière qui vient de connaître une troisième saison consécutive de plus de 5000 verges de gain par la passe dit ne pas avoir encore réfléchi à son avenir.

Plusieurs équipes pourraient être intéressées à compter le vétéran de 33 ans dans leurs rangs. Parmi elles, les Alouettes de Montréal et les Lions de la Colombie-Britannique.

Nous jouons tous au football parce que nous sommes payés et c’est ainsi que nous soutenons nos familles, mais ma plus grande préoccupation c’est de jouer pour une équipe qui veut gagner.

Mike Reilly, quart-arrière, Eskimos

Celui qui deviendra joueur autonome en février, s’il ne s’est pas entendu avec les Eskimos, croit que l’équipe a une bonne base de joueurs sur lesquels elle peut s’appuyer pour bâtir une équipe championne.

Quels changements? Il dit ne pas avoir eu suffisamment de temps pour y réfléchir, mais il ajoute que dès maintenant, il aura amplement de temps pour le faire.

Un destin lié à celui de Jason Maas

Le directeur général Brock Sunderland dit qu’il a déjà amorcé les discussions avec le clan de Mike Reilly.

En plus de celui de Reilly, le nom de l’entraîneur-chef Jason Maas figure aussi sur la liste des priorités du directeur général.

Maas n’a pas besoin d’un nouveau contrat; il a signé, en juin, une prolongation valide jusqu’en 2020. Il pourrait tout de même être congédié, mais s’il est de retour, son rôle au sein de l’équipe pourrait changer.

En 2016 et en 2018, Maas a occupé la double chaise d’entraîneur-chef et coordonnateur offensif. Carlson Walch a été le coordinateur offensif des Eskimos en 2017, il fait maintenant partie de l’organisation des Eagles de Philadelphie dans la NFL.

Au cours des dernières semaines, des informations ont circulé voulant que Maas ait perdu le respect de ses joueurs, une information démentie par Sunderland.

D’autres informations révèlent, au contraire, que les joueurs, et particulièrement Mike Reilly lui-même, aiment tellement Jason Maas que son retour à la barre de l’équipe serait une condition à leur retour à Edmonton.

Je pense que c’est un entraîneur-chef que les joueurs aiment et qu’ils aiment jouer pour lui.

Brock Sunderland, directeur général, Eskimos

En trois saisons à la barre de l’équipe, Maas a maintenu un dossier de 31-23. Il a guidé les Eskimos vers la finale de l’Ouest en 2017, s’inclinant 32-28 à Calgary.

Celui qui a lui-même joué pendant 10 saisons pour les Eskimos comprend que, quand une équipe manque les séries, des questions doivent être posées à l’entraîneur.

C’est ce qui se passe dans le sport professionnel quand on ne répond pas aux attentes en tant qu’équipe.

Jason Maas. entraîneur-chef, Eskimos

Maas et Sunderland devraient se rencontrer plus tard cette semaine.

Avec les informations de La Presse canadienne

Football

Sports