•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démissions au conseil d'Hydro-Québec

L'édifice d'Hydro-Québec à Montréal.
Les deux administrateurs évoquent une rupture du lien de confiance avec la haute direction d'Hydro-Québec, selon nos sources. Photo: La Presse canadienne / Paul Chiasson
Radio-Canada

Le président du conseil d'administration d'Hydro-Québec, Michael Penner, et une vice-présidente du conseil, Michelle Cormier, ont annoncé leur démission, ont confirmé des sources à Radio-Canada.

Selon ces mêmes sources, les deux administrateurs évoquent « un bris de confiance avec la haute direction d'Hydro-Québec » relativement à la gestion du dossier du projet de parc éolien Apuiat, sur la Côte-Nord, qu'ils auraient voulu voir se réaliser.

Michael Penner a été nommé par le gouvernement de Philippe Couillard en 2014. Son mandat devait se terminer en 2023.

Cet avocat de formation était, tout comme le gouvernement Couillard, favorable au projet éolien Apuiat, alors que le président-directeur général de la société d'État, Éric Martel, jugeait qu'il ne serait pas rentable.

Ce dossier était source de discorde entre les deux hommes. Michael Penner en était venu à la conclusion que ses jours étaient comptés et que le gouvernement Legault allait le remplacer.

Michelle Cormier aura été près de 10 ans au C. A. d'Hydro-Québec. Elle avait été nommée en 2009.

Le projet de parc éolien de 200 mégawatts Apuiat, censé être réalisé en partenariat avec l'entreprise Boralex, est au centre de la controverse depuis plusieurs mois.

L'entente de principe avait été conclue juste avant la campagne électorale.

La Coalition avenir Québec avait dénoncé le projet sur toutes les tribunes en raison de son coût, d'autant plus que la société d'État est en surplus d'électricité.

En point de presse vendredi dernier à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, n'a pas écarté la possibilité qu'Hydro-Québec puisse devenir en partie propriétaire du parc éolien.

Avec des informations de Sébastien Bovet

Avec les informations de La Presse canadienne

Énergie

Économie