•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incursion dans l’un des plus gros entrepôts de cannabis légal au monde

Des boîtes de carton empilées sur lesquelles on peut voir le logo de Tweed.
Sous la marque Tweed, l'entreprise Canopy Growth fournit des produits du cannabis à toutes les provinces du Canada. Ceux-ci passent par le centre de distribution de Smiths Falls, à environ 80 kilomètres d'Ottawa, en Ontario. Photo: Radio-Canada / Roxane Léouzon
Radio-Canada

N'entre pas qui veut au tout nouveau centre de distribution de Canopy Growth à Smiths Falls, en Ontario. Les visiteurs autorisés doivent utiliser leur carte d'accès à au moins cinq endroits et passer plusieurs portes sécurisées. C'est entre ces murs qu'ont transité, depuis le 17 octobre, jusqu'à un milliard de dollars de cannabis. Radio-Canada y a eu accès en exclusivité.

Un texte de Roxane Léouzon

Il y a quelques mois, l’entrepôt de plus de 8300 mètres carrés, situé stratégiquement à côté d’un poste de police, n’existait pas. Aujourd’hui, des caisses et des barils remplis de cannabis produit par Canopy Growth y sont empilés en attente de leur sort.

Sur cinq chaînes automatisées, les quelque 80 employés de l’entrepôt étiquettent et emballent en moyenne 60 000 contenants de cannabis séché par jour.

Ces derniers sont ensuite expédiés dans de longs camions blindés ou des avions dans toutes les provinces du Canada. En Ontario, par exemple, les paquets se rendent à l’entrepôt de la Société ontarienne du cannabis (SOC), qui s’occupe par la suite de la livraison aux particuliers.

Des machines entourent des piles de boîtes, sous la supervision de deux employés.Au centre de distribution de Canopy Growth à Smiths Falls, en face du siège social de Tweed, des machines emballent dans des pellicules de plastique des piles de boîtes devant être envoyées aux gouvernements provinciaux qui en gèrent la vente. Photo : Radio-Canada / Roxane Léouzon

Nous avons livré aux provinces des milliers de kilos de cannabis et bientôt un million d’unités, assure Bruce Linton, l’un des directeurs généraux de Canopy Growth. Ces livraisons aux gouvernements ont commencé autour du 1er octobre, précise-t-il.

Où est le cannabis?

Malgré tout, le plus important producteur de cannabis du pays peine à répondre à la demande. À la boutique en ligne de la Société québécoise du cannabis (SQDC), six de ses produits sur sept sont en rupture de stock, comme c’est le cas pour plusieurs autres fournisseurs. Sur le site de la SOC, il manque aussi plusieurs produits, dont certains de Canopy Growth.

M. Linton en entrevue au milieu de son centre de distribution à Smiths Falls.Bruce Linton, fondateur de Canopy Growth, dit tout mettre en oeuvre pour que son entreprise fournisse le plus de cannabis possible partout au Canada. Photo : Radio-Canada

L’effet de plus de 90 ans de prohibition, c’est que personne ne sait vraiment combien de personnes vont en acheter, quelle quantité, à quelle fréquence. Alors tout le monde au Canada a été assez surpris par l'ampleur de la demande, estime M. Linton. Il y a une grande demande, nous devons livrer une grande quantité, mais nous travaillons sept jours par semaine, ici, maintenant.

Aucune province ne dit avoir assez de produits. Nous avons des appels tous les jours des différentes provinces, qui nous en demandent plus.

Bruce Linton, fondateur et codirecteur général à Canopy Growth
Photo de plants verts de cannabis dans une serre.Des plants de marijuana à l'usine de Smiths Falls Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

L’équipe de M. Linton travaille fort à optimiser sa production et sa livraison.

Chaque province a son propre autocollant pour les taxes. Alors on fait une grosse commande pour la même province, puis on passe à une autre. Nous avons consacré beaucoup de temps à développer notre chaîne automatisée, alors nous les utilisons toutes et nous y faisons travailler plus de gens, explique le fondateur de la compagnie, ajoutant, à la blague, qu’il espère ne pas avoir l’air trop fatigué par les longues heures de travail.

« Un travail de pionnier »

Selon M. Linton, une période d’ajustement est tout à fait normale. Du jour au lendemain, leur production a été augmentée de façon extrême. En quatre ans, Canopy Growth avait livré un peu plus d’un million de paquets de cannabis médicinal. C’est pratiquement cette même quantité de cannabis récréatif que la compagnie aura livrée en moins de trois semaines.

Des employés s'activent dans un entrepôt.Dans une section du centre de distribution de Canopy Growth, des employés préparent les envois aux patients requérant du cannabis médicinal. Photo : Radio-Canada / Roxane Léouzon

C’est une toute nouvelle industrie, alors c’est un travail de pionnier, souligne pour sa part le directeur de la logistique, Matthew Sly. Son équipe de distribution et de logistique est passée de lui seul, il y a un an et demi, à une centaine de personnes.

Le centre de distribution, nous avons commencé à le construire en février et il a été prêt en juillet. Il a ensuite fallu faire le design de la chaîne automatisée, fabriquer tout l’équipement dont nous avions besoin, l’installer et amener les employés ici. Nous les avons ensuite formés et mis au courant de toutes les procédures pour qu’ils soient prêts à livrer du cannabis en octobre, raconte-t-il avec enthousiasme.

Nous sommes le plus grand trafiquant de drogue légale au monde.

Matthew Sly, directeur de la logistique à Canopy Growth

La situation est épuisante, mais aussi excitante pour les employés et dirigeants de Canopy Growth.

C’est tellement amusant. Je le prends comme un défi, affirme M. Sly.

M. Sly en entrevue dans un entrepôt.Matthew Sly, directeur de la logistique pour Canopy Growth, souligne que l'entreprise livre du cannabis médicinal dans plusieurs pays. Photo : Radio-Canada

Ça se passe une fois dans une vie. Quand la prohibition se termine et que tu as la chance d’être la compagnie qui fait le meilleur travail, tu n’as pas envie de rester chez toi, renchérit M. Linton.

Le directeur général promet qu’une plus grande diversité de produits de sa marque Tweed sera bientôt disponible sur les tablettes de magasins à travers le Canada, notamment des capsules remplies d’huile.

Pour les clients qui attendent toujours leur cannabis légal, il a un message : Les produits Tweed sont là, ils vont se rendre jusqu’à vous. Plus il va y avoir de magasins, plus ça sera accessible, alors soyez exigeants envers votre gouvernement.

Deux vaporisateurs oraux déposées sur des boîtes de cartons portant le logo de Tweed.Canopy Growth livre aux provinces des fleurs de cannabis séchées et des vaporisateurs oraux. Photo : Radio-Canada / Roxane Léouzon

Remédier à la pénurie

Questionnée au sujet de la pénurie de produits, la SQDC a indiqué que le problème demeure la capacité de production autorisée par Santé Canada ainsi que l’optimisation de cette capacité par les producteurs. De son côté, la SOC, qui ne fonctionne que par commandes en ligne, dit avoir assez de produits pour répondre à la demande et travaille à réduire les délais de livraison en améliorant les choses à son propre centre de distribution.

Un autre grand producteur de la région d’Ottawa-Gatineau, HEXO, n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue. Le 26 octobre, l'entreprise avait toutefois indiqué par courriel qu’elle travaillait en partenariat avec la SQDC afin d’augmenter l’approvisionnement de ses produits les plus populaires. Ces efforts collaboratifs se poursuivront afin d’assurer qu’un inventaire soit disponible pour les clients.

Ottawa-Gatineau

Drogues et stupéfiants