•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Registre des armes à feu : les inscriptions tardent à entrer

Gros plan sur des fusils de chasse.
Le Club de pêche et de chasse de Cowichan affirme être dédié à fournir un environnement sécuritaire pour l'enseignement et le maniement d'armes. Photo: CBC/Gary Solilak
Radio-Canada

Les chasseurs du Québec sont peu enclins à immatriculer leurs à armes à feu dans le nouveau registre québécois, lancé il y a neuf mois, à la suite de l'abolition du registre fédéral.

À peine 14 % de toutes les armes d'épaule sans restriction en circulation au Québec ont été enregistrées depuis l'entrée en vigueur de la loi, le 29 janvier.

Le temps presse pour les retardataires, car il reste à peine trois mois pour que les détenteurs d’armes à feu se conforment à la loi.

Le faible taux d'enregistrement s’explique, entre autres, par la réticence des chasseurs envers le nouveau registre. Les associations de chasseurs ne voulaient pas du registre québécois. Selon ces regroupements, les cartes d'acquisition et de possession suffisaient à assurer le contrôle des armes à feu.

Le président de Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs région Gaspésie-Iles, Alain Poitras, explique que les chasseurs sont mécontents et retardent leur inscription.

M. Poitras ne s’en cache pas, il est bien heureux de ce retard qui risque d’enrayer le processus. Quand [les fonctionnaires] vont voir arriver tout ça en même temps, ça n’aura pas de bon sens, ils vont virer fous! 

Des intervenants demandent des correctifs au registre. C’est le cas du député de Bonaventure, Sylvain Roy, lui-même un chasseur.

Il demande notamment que l'exigence de mesurer le canon soit retirée ainsi que l'obligation de déclarer le déplacement de plus de deux semaines d'une arme à feu dans une autre région.

Nous demandons aussi, dit-il, qu'il y ait un rallongement de la période d'enregistrement étant donné que ça ne semble pas fonctionner. Là, ce qui va se passer, c'est qu'on va créer de toute pièce de la délinquance, artificiellement, parce que les gens n'auront pas réussi à enregistrer leurs armes ou ne l'auront pas fait. 

En Gaspésie, 8000 fusils de chasse et carabines ont été immatriculés depuis janvier dernier.

La date limite obligatoire pour immatriculer une arme d'épaule sur internet est le 29 janvier. L'inscription est gratuite.

D'après un reportage de Pierre Cotton

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Armes à feu