•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un agent de sécurité à l’ABI accusé de voies de fait et menaces de mort

Une pancarte du syndicat des Métallos devant la pancarte qui se trouve à l'entrée du site de l'ABI

Une ligne de piquetage est en place sur le site de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI) depuis le décrêt du lock-out, le 11 janvier 2018.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Radio-Canada

Un agent de sécurité qui travaille à l'Aluminerie de Bécancour inc (ABI) fait face à des accusations de voies de fait contre deux employés de l'usine et de menaces de mort contre un troisième, à la suite d'événements survenus sur la ligne de piquetage en mars dernier.

Un texte d’Amélie Desmarais

Un employé de la firme Gardium, spécialisée dans les conflits de travail, José Da Sylva a été arrêté en mai dernier et devra subir son procès l’été prochain.

Une vidéo des événements survenus en mars a circulé sur les médias sociaux, puis a été retirée. On y voit notamment l'agent Da Sylva pousser un employé en lock-out.

Le fondateur de Gardium, Jean Marc-Aurèle, affirme que José Da Silva travaille toujours pour l'entreprise, mais qu'il a été retiré de la ligne de piquetage pour éviter d'être en contact direct avec les employés en lock-out, en attendant son procès.

Jean Marc-Aurèle précise que le rôle de ses 100 employés postés à l'ABI est de protéger les biens de l'aluminerie et non d'alimenter le désordre.

L'avocat criminaliste Jean-Claude Hébert a été embauché par Gardium pour assurer la défense de l'accusé.

Me Hébert affirme que l'ensemble de la preuve lui a été transmis et qu'elle comprend plusieurs vidéos différentes.

Il affirme que des rencontres préparatoires auront lieu bientôt pour préparer le procès prévu le 25 juin 2019.

Le syndicat des Métallos a indiqué qu’il ne fera pas de commentaires.

Agent de sécurité hospitalisé en octobre

La direction d'ABI affirme que le mandat de la firme de sécurité est de faire respecter les ordonnances d'injonction de la cour et d'assurer la sécurité de tous sur la ligne de piquetage sans avoir recours à la violence et dans le respect de la loi.

Elle précise que récemment, des comportements ont largement dépassé les balises déterminées par l'injonction : les accès à l'usine ont été complètement bloqués pendant plusieurs heures (...) et un agent de sécurité a été hospitalisé à la suite d’un assaut le 22 octobre dernier.

La direction d'ABI dit avoir entamé une procédure d'outrage au tribunal pour assurer le respect de l'injonction.

Par ailleurs, l'agent de sécurité qui aurait été blessé est de retour au travail selon Gardium. Il aurait passé 8 heures à l'hôpital à la suite des événements. Une plainte pour voie de fait a été déposée à la Sûreté du Québec.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Mauricie et Centre du Québec

Relations de travail