•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces chiens qui changent des vies

Enfant avec un chien dehors
L'arrivée d'un chien Mira a tout changé pour Ayden, 7 ans, atteint d'un trouble du spectre de l'autisme. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Ayden, 7 ans, avait peur d'aller dans des endroits publics et il avait du mal à bien dormir la nuit, raconte Marie-Ève Garceau. Mais tout a changé pour son fils, atteint d'un trouble du spectre de l'autisme, depuis l'arrivée d'un chien Mira dans la famille de Trois-Rivières.

S’il y a trop de gens, je l'amène, parce que parfois j'ai peur, affirme Ayden. Je me sens très calme quand je l'amène.

Son chien, c'est un complice qui le suit pas à pas.

Ayden et son chien qui se regardentAyden dort mieux la nuit et a moins peur de sortir, lorsqu'il est en compagnie de son chien Mira. Photo : Radio-Canada

Les gens ne l'abordent pas lui, mais vont l'aborder par rapport à son chien, donc ça fait une barrière entre lui et un inconnu, explique sa mère. Maintenant, Ayden est capable de venir dans un endroit public sans vivre une détresse.

C'est pour venir en aide à un maximum d'enfants ainsi qu'à des personnes touchées par un handicap visuel ou moteur que la Fondation Mira tient des campagnes de financement. Un chien Mira représente un investissement de 30 000 $.

Barrage routier à ShawiniganDaniel Bonin et son chien Mira à un barrage routier de la Fondation, à Shawinigan Photo : Radio-Canada

La Fondation a bouclé lundi, en Mauricie, sa tournée provinciale intitulée La Tournée qui a du chien. Des barrages routiers ont été organisés lundi à Shawinigan avec l’objectif d’amasser 5000 $.

Sur place, le coordonnateur de la tournée, Daniel Bonin, nous confie que l’arrivée d’un chien Mira dans sa vie lui a permis de sortir davantage de chez lui et de faire des changements dans sa vie.

Trois ans d’attente qui en valaient la peine

La famille d’Ayden a dû attendre trois ans avant de recevoir un chien Mira.

Sur le coup, c'est trois années d'attente qui te paraissent très longues parce que tu as hâte, [...] mais ça valait chaque minute d'attente, dit la mère du garçon.

En Mauricie et au Centre-du-Québec, une trentaine de chiens Mira sont en service.

Ça rend mon quotidien plus facile. [C'est] plus agréable de voir mes enfants plus calmes, plus heureux, ajoute la Trifluvienne Marie-Ève Garceau.

Sans divulguer de chiffres précis, la Fondation Mira affirme que quelques centaines de familles sont en attente d’un ami à quatre pattes dans la province.

D'après le reportage de Marie-Ève Trudel

Mauricie et Centre du Québec

Animaux