•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Le legs heureux des Jeux olympiques d’hiver de Calgary

Maquette du futur complexe olympique de Calgary.

Maquette du futur complexe olympique de Calgary.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les Jeux olympiques d'hiver se tenaient à Calgary en 1988. À l'aube des Jeux de Pékin, nous vous proposons un retour en archives sur la fierté et l'effervescence qui accompagnaient l'obtention des JO de 1988.

« Depuis 30 ans, on attendait les Jeux olympiques à Calgary. La joie indescriptible ressentie ce matin a effacé la déception du refus des candidatures de cette ville canadienne en vue des Jeux de 64, 68 et 72. »

— Une citation de  Le journaliste-narrateur Claude Quenneville

L’annonce est faite le 30 septembre 1981 à Baden-Baden, en Allemagne, où le Comité international olympique (CIO) se réunit. Radio-Canada couvre l’événement, comme en témoigne cette archive de l’émission spéciale Prélude à Calgary.

La délégation canadienne saute de joie lorsque le président du CIO Juan Antonio Samaranch déclare que la candidature de la ville albertaine remporte les JO d’hiver de 1988. Sur place, le journaliste Richard Garneau recueille leurs commentaires.

Après trois tentatives infructueuses, c’est une victoire bien nette pour la ville canadienne qui affrontait les villes de Falun, en Suède et de Cortina d'Ampezzo, en Italie. Au deuxième tour, la candidature de Calgary est préférée à celle de Falun par 48 voix contre 31.

Pour la première fois, le Canada présentera les Jeux d’hiver, les quinzièmes dans l’histoire olympique. La tâche s’annonce lourde pour la ville albertaine, dont les infrastructures sportives font défaut.

« Aujourd’hui, à Baden-Baden, c’était jour de fête pour les responsables de la délégation de Calgary, mais dans quelques jours, il faudra affronter des responsabilités énormes », conclut le journaliste-narrateur Claude Quenneville.

Célébrations à la place olympique de Calgary

L’euphorie gagne les Calgariens à l’approche du grand événement. Au tournant de l’année 1988, ils sont des dizaines de milliers à se rassembler pour célébrer cette année olympique pour la ville de Calgary.

Écoutez les échanges entre le chef sortant, Ghislain Picard, et l’ex-grand chef de la Nation mohawk de Kanesatake, Serge Otsi-Simon.

Le correspondant national Georges Tremel se mêle à eux pour le Téléjournal du 1er janvier 1988.

Sur la place olympique de Calgary, les citoyens festoient et dansent malgré le froid. Un couple a même choisi de se marier au cœur des célébrations pour bien marquer cette année historique.

Au coup de minuit, des feux d’artifice éclatent et la vasque olympique s’allume dans la Tour de Calgary, un important symbole de la ville. Les réjouissances ne font que commencer.

Au lendemain des Jeux olympiques de 1988

Écoutez les échanges entre le chef sortant, Ghislain Picard, et l’ex-grand chef de la Nation mohawk de Kanesatake, Serge Otsi-Simon.

« La flamme olympique s’est donc éteinte à Calgary après seize jours de fête et quand même cinq médailles pour le Canada. »

— Une citation de  La présentatrice Céline Galipeau

Au lendemain de la tenue des Olympiques, c’est l’heure des bilans au bulletin de nouvelles Première Édition du 29 février 1988.

Aucune amertume à l’horizon, selon le journaliste Georges Tremel, qui rend plutôt compte d’une population calgarienne débordant de joie et de fierté.

Une certaine mélancolie se perçoit même déjà dans la foule réunie au stade McMahon pour la cérémonie de clôture.

« Après certainement quelques jours de cafard, les Calgariens auront un souvenir impérissable. »

— Une citation de  Le journaliste Georges Tremel

La population hérite d’infrastructures toutes neuves pour la ville de Calgary. De plus, les JO se terminent avec un surplus qui permettra de financer les sports olympiques et les installations sportives.

Trente ans plus tard, Calgary demeure d’ailleurs une plaque tournante des sports d’hiver grâce à ses installations olympiques.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.