•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des caméras de surveillance réclamées à Lac-Mégantic

Vue avant d'une locomotive sur les rails
Entrée en gare d'une locomotive Photo: Radio-Canada

Devant la décision récente du Bureau de la sécurité des transports (BST) de retirer le transport de liquides inflammables de sa nouvelle liste de surveillance, une coalition de citoyens et d'organismes recommande à la Fédération québécoise des municipalités d'installer des caméras aux abords des voies ferrées.

Un texte de Sylvie Fournier

La Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic se dit inquiète et étonnée que le BST baisse la garde au moment où le transport de pétrole par train est en augmentation au Canada.

La semaine dernière, le BST s’était déclaré généralement satisfait des mesures prises par l’industrie dans la gestion des matières inflammables et avait retiré ces produits de sa nouvelle liste de surveillance. La décision suit de près l’annonce, faite par Transports Canada, du retrait accéléré des wagons-citernes C-1232 sans protection thermique, à compter du premier novembre.

À Lac-Mégantic, la surveillance des voies ferrées par caméra a déjà permis de fournir des données plus fiables lors de l’examen du tracé de la voie de contournement par le Bureau des audiences publiques en 2017.

Les données alors obtenues sur le nombre de convois et le type de marchandises dangereuses transportées par train variaient considérablement de celles, incomplètes, avancées par les consultants lors de l’étude du projet.

En temps réel

Au Québec, 500 municipalités sont traversées par des voies ferrées. Depuis la catastrophe de Lac-Mégantic, nombre d’entre elles ont demandé à Transports Canada et à l’industrie ferroviaire de fournir des informations en temps réel sur les types et les quantités de matières dangereuses transportées, avec toutefois très peu de succès.

Ces données sont importantes afin de préparer les schémas de couverture des risques incendie et les plans d’urgence, en cas de déraillement.

La Fédération québécoise des municipalités avait aussi exprimé de l’inquiétude, la semaine dernière, devant la décision du BST de ne plus surveiller le transport de pétrole par train.

Les dernières données du BST révèlent une augmentation marquée du nombre de déraillements en voie principale au Canada, y compris les déraillements de trains contenant des matières dangereuses, qui sont passés de 5 en 2017 à 14 depuis le début de cette année.

https://www.radio-canada.ca/sujet/lac-megantic Consultez notre section spéciale

Accidents et catastrophes

Société