•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget Plante-Dorais : « On ne va pas augmenter les taxes au-dessus du taux d’inflation »

Valérie Plante devant les micros des journalistes

Valérie Plante a pris un bain de foule à la station Bonaventure à l'occasion du premier anniversaire de son élection.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

Mobilité, commerçants et habitation seront au cœur du budget de l'an 2 de l'administration Plante-Dorais, qui sera déposé au conseil municipal de Montréal jeudi après-midi, a affirmé la mairesse Valérie Plante lors d'un point de presse qui a suivi un bain de foule, dans le métro de Montréal, à l'occasion du premier anniversaire de son administration.

Elle a aussi promis que les hausses de taxes n’allaient pas dépasser le taux d’inflation, même si elle ne renie pas la décision d’augmenter la taxe de l’eau lors de son premier budget.

« L’année dernière, on avait un effort à faire au niveau de la taxe de l’eau. C’est un geste qui a été difficile à accepter, mais pour moi, c’était la bonne décision », a-t-elle affirmé.

L’an dernier, l’augmentation combinée de la taxe générale, des taxes d'arrondissement et de la taxe de l'eau atteignait en effet 3,3 % en moyenne, alors que le taux prévu d’inflation était de 2,1 %.

Il s’agissait d’un budget de transition, dit aujourd’hui la mairesse, qui affirme que le prochain reflétera réellement les priorités de son administration.

Le projet de ligne rose du métro demeure une de ces priorités, même si le gouvernement de la Coalition avenir Québec a dit à plusieurs reprises qu’il n’en voulait pas.

« On met en place des ressources internes et financières pour pouvoir soutenir le travail qui doit être fait autour de la ligne rose à la Ville de Montréal. Un travail qui sera complémentaire à celui de l’ARTM [Autorité régionale de transport métropolitain, qui doit réaliser une étude préliminaire sur le projet] », a affirmé la mairesse, qui dit par ailleurs être très fière d’avoir amorcé l’achat de 300 autobus hybrides dès le début de son mandat.

La deuxième réalisation dont elle se dit très fière est la bonification du programme d’accès à la propriété. D’autres dispositions visant l’habitation sont aussi prévues au budget, de même que des mesures pour faciliter la vie aux commerçants. La mairesse déplore d’ailleurs que des problèmes de logiciels aient ralenti la réalisation de son engagement de réduire la bureaucratie pour l’obtention de permis, en particulier pour les commerçants.

Enfin, en ce qui concerne les nombreux travaux de voirie, « il y aura des choses dans le budget pour la brigade d’inspection des chantiers », a-t-elle dit.

Elle a toutefois souligné que la municipalité n’était responsable que de 25 % des chantiers, les autres relevant du fédéral, du provincial ou du privé. Elle reconnaît d’ailleurs le fardeau que représentent ces travaux pour la circulation.

« Est-ce qu’on devrait échelonner les chantiers différemment pour donner un répit dans certains secteurs à la population? », a-t-elle demandé.

Après leur dépôt au conseil municipal, le 8 novembre, le budget et le programme triennal d’immobilisation de la Ville seront étudiés par la Commission sur les finances et l’administration lors de séances publiques du 12 au 27 novembre.

Grand Montréal

Politique municipale