•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prévisions économiques : croissance modérée dans les Maritimes, plus forte à Terre-Neuve

La plateforme Hebron entourée par trois grands navires.
Une hausse de la production de la plateforme pétrolière Hebron devrait contribuer à donner à Terre-Neuve-et-Labrador la plus forte croissance économique en Atlantique en 2019, selon le Conseil économique des provinces de l'Atlantique. Photo: Darren Hodge
Radio-Canada

Les Maritimes devraient connaître une croissance économique modérée en 2019, tandis que celle de Terre-Neuve-et-Labrador devrait faire un bond, estime le Conseil économique des provinces de l'Atlantique.

L’organisme a présenté lundi ses prévisions pour les quatre provinces.

Le produit intérieur brut du Nouveau-Brunswick connaîtra une croissance de 1,2 % cette année, grâce aux salaires, aux investissements et aux exportations, prédit l’organisme. Mais le taux de croissance devrait diminuer à 1,1 % l’an prochain en raison d’un ralentissement des investissements dans de grands projets et dans le secteur de l’immobilier.

Quant à l’emploi, le Conseil économique s’attend à une croissance « marginale » de 0,3 % au Nouveau-Brunswick en 2019. Mais cette croissance devrait bénéficier d’une hausse de l’immigration, souligne-t-il.

En Nouvelle-Écosse, le Conseil économique prédit une croissance de 1,3 % cette année et de 1 % l’an prochain. Cette baisse serait aussi entraînée par un ralentissement dans le secteur de l’immobilier.

À l’Île-du-Prince-Édouard, il faut s’attendre à une croissance de 2,2 % cette année, selon le Conseil économique, et à une légère baisse à 2 % en 2019. La hausse de la population dans la province appuie la croissance, mais une baisse des investissements, du tourisme et des exportations devrait l’atténuer, explique le Conseil économique.

Terre-Neuve-et-Labrador devrait mener le bal

L’économie à Terre-Neuve-et-Labrador devrait bondir à 2,9 % l’an prochain grâce à une reprise des investissements, selon Fred Bergman, analyste principal des politiques au Conseil économique.

Une hausse des activités des industries pétrolière et minière devrait propulser cette croissance l’an prochain, explique-t-il.

Nouveau-Brunswick

Affaires