•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

100 ans plus tard, la Première Guerre mondiale laisse toujours des traces

Un couple se promène dans l'allée centrale entre les tombes.

Le cimetière de Tyne Cot, près d'Ypres, en Belgique, où reposent 11 900 soldats de l'empire britannique morts pendant la Première Guerre mondiale.

Photo : Getty Images / Matt Cardy

Radio-Canada

Le 11 novembre 2018 marque le centième anniversaire de la signature de l'Armistice ayant mis fin à la Première Guerre mondiale. Une guerre encore gravée dans les esprits : quelque 10 millions de militaires morts, presque autant de civils, des combats sanglants et des conséquences qui se font sentir encore aujourd'hui.

Un texte de Ximena Sampson

C'était aussi la première guerre à mobiliser autant de pays. Ceux de l'Europe d’abord, mais également leurs alliés ailleurs dans le monde, ainsi que leurs colonies.



« Des millions d’individus sont enrôlés », raconte Martin Laberge, professeur d’histoire au Département des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais.

En France et en Allemagne, c’est 80 % de la population masculine en âge de porter les armes qui est recrutée.

Martin Laberge, professeur d’histoire au Département des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais

« On a une extension du conflit sans commune mesure avec ce qu’on a connu auparavant », ajoute Carl Bouchard, professeur au Département d’histoire de l’Université de Montréal.

« D’une part, il n’y a jamais eu autant d’États et de nations qui ont participé à une guerre, d’autre part, les empires qui y participent s’étendent sur l’ensemble de la planète, enfin, les zones de combat sont extrêmement vastes et débordent du continent européen. »

Une guerre mondiale donc, se déroulant en grande partie dans le nord-est de la France, mais aussi dans les Alpes, dans les Balkans, en Afrique et au Moyen-Orient.

Des soldats attendent sur le quai d'une gare.

Des soldats canadiens s'apprêtent à partir pour la guerre.

Photo : Getty Images / Hulton Archive

Le Canada, tout comme les autres dominions britanniques (l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud), n’est pas intervenu comme État indépendant, mais plutôt en tant que sujet de la Grande-Bretagne. La déclaration de guerre de cette dernière le liait inexorablement, rappelle M. Bouchard.

On n’était pas en contrôle de notre politique étrangère. À partir du moment où le Royaume-Uni est entré en guerre, le Canada est entré automatiquement en guerre lui aussi.

Carl Bouchard, professeur au Département d’histoire de l’Université de Montréal

Des changements sociaux au Canada

Le Canada était encore très britannique au début du 20e siècle. Il recevait des dizaines de milliers d’immigrants du Royaume-Uni annuellement, rappelle Serge Durflinger, professeur d’histoire à l’Université d’Ottawa.

Très attachés à leur mère patrie, ces nouveaux immigrants étaient disposés à se battre pour elle ou à payer pour sa défense.

Lors du recensement de 1911, un peu plus de la moitié de la population avait déclaré des origines britanniques, dont environ 11 % de personnes nées en Angleterre, en Irlande, en Écosse ou dans d’autres possessions britanniques.

Dans l’Ouest cependant, on trouvait aussi des dizaines de milliers d’immigrants allemands et russes, qui, tout comme les francophones dans l’Est, n’avaient aucune attache sentimentale envers l’empire, précise M. Durflinger.

La guerre a donc créé beaucoup de divisions au pays entre ceux qui se sentaient interpellés et ceux qui pensaient que le conflit ne les concernait pas. La décision du gouvernement fédéral de conscrire les hommes pour le service militaire, en 1917, puisque le recrutement volontaire ne suffisait pas, a entraîné de violents débats, ainsi que des émeutes, et marqué la vie politique au pays pour de nombreuses années.

La guerre a été un point tournant pour notre participation continue comme colonie au sein de l’empire.

Serge Durflinger, professeur d’histoire à l’Université d’Ottawa

À la fin de la guerre, souligne M. Durflinger, on entend deux discours différents, mais qui mènent cependant à la même conclusion : l’indépendance s’impose.

Certains soutiennent que le Canada, par son sacrifice et sa victoire aux côtés des Alliés, mérite d’être reconnu comme une nation souveraine. D'autres estiment que les Canadiens auraient dû devoir prendre par eux-mêmes la décision de participer à la guerre plutôt que d'y être entraînés par leur appartenance à l'Empire britannique.

Ce n’est cependant pas avant l’adoption du statut de Westminster, en 1931, que le Canada obtient l'indépendance.

Le lent début de la décolonisation

À la suite du conflit, plusieurs colonies en sont arrivées au même constat et revendiquent, elles aussi, le droit de se gouverner.

Des soldats avec des turbans.

Des soldats sikhs en France au début de la Première Guerre mondiale.

Photo : Getty Images / Hulton Archive

D’autant plus qu’on a fait miroiter aux peuples colonisés la possibilité d’une certaine autonomie en échange de leur implication dans la guerre.

« C’est un peu le premier pas de la décolonisation », croit Carl Bouchard.

L’idée du droit à l’autodétermination commence à faire son chemin, en partie grâce aux bolcheviks, qui le proclament après la révolution de 1917, et au président américain Woodrow Wilson, qui l’inclut dans ses Quatorze Points, la base de la feuille de route des négociations de l’après-guerre, soutient Carl Bouchard.

Mais, il y a loin de la parole aux actes.

« Les nationalistes, dans les nations colonisées, vont être déçus par les traités de paix [conclus après la guerre], en s'apercevant que finalement les choses ne changent pas », précise M. Bouchard.

C’est notamment le cas du leader vietnamien Ho Chi Minh, qui avait fait des demandes pour une reconnaissance de l’autonomie du peuple vietnamien et la création d’un gouvernement indépendant lors de la conférence de paix qui a mené au traité de Versailles, en 1919. Ses revendications ont alors été ignorées.

La déception a également été vive en Inde, où les espoirs d’obtenir une autonomie accrue après la guerre ont rapidement été déçus, alors que les Britanniques, au contraire, ont intensifié la répression.

Ils s'aperçoivent que l'autodétermination, ça marche juste pour les Européens, notamment pour les peuples qui faisaient partie de l’empire austro-hongrois. Il n’y a aucune colonie de la France ou de la Grande-Bretagne qui disparaît après la guerre.

Carl Bouchard, professeur au Département d’histoire de l’Université de Montréal

Cela va radicaliser le discours anticolonial, croit-il, qui ne trouvera son aboutissement qu'après la Deuxième Guerre mondiale.

La reconfiguration des frontières

Pour les peuples européens, toutefois, l’implosion des empires russe, austro-hongrois, allemand et ottoman permettra la survenue de nouvelles nations.

« On a critiqué les décideurs, à la suite des traités de paix, pour avoir reconfiguré la carte de l’Europe, souligne Martin Laberge. Mais, dès l’automne 1918, les blocs ont déjà émergé et les décideurs sont coincés avec ces États qui réclament leur autonomie. »

On voit ainsi renaître la Pologne, tandis qu’apparaissent la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie, la Roumanie, mais aussi la Finlande et les pays baltes.

En Afrique, par contre, le démantèlement des empires allemand et ottoman n’entraîne pas l’indépendance des pays concernés, mais plutôt la création de nouveaux mandats coloniaux.

Les anciennes colonies allemandes sont maintenant administrées par la France, la Belgique et la Grande-Bretagne. « C’est une poursuite de l’impérialisme », croit M. Bouchard.

Ailleurs aussi, les décisions prises après le conflit ont toujours des impacts aujourd'hui.

« Au Proche-Orient, les frontières qu’on a tracées en 1919 sont encore les lignes de tension aujourd’hui, 100 ans plus tard », poursuit M. Bouchard.

« Une guerre catastrophique »

Maintenant que les vétérans de la Grande Guerre sont morts, ne risque-t-elle pas de sombrer dans l’oubli?

C’est peu probable, croit l’historien Carl Bouchard, dans la mesure où elle a vraiment représenté une rupture avec le passé.

« Jamais on n’avait connu de telles pertes », affirme-t-il.

Après la guerre, les États ont décidé d'établir un ensemble de pratiques pour s’assurer qu’on ne l’oublie jamais.

On trouve ainsi des monuments aux morts dans bien des villes et villages d’où étaient originaires les combattants. L’idée de ces monuments collectifs naît d’ailleurs avec cette guerre, afin d’essayer de mettre en lumière l’ampleur en vies humaines du sacrifice.

Des coquelicots sont déposés sur le monument.

Des coquelicots ont été déposés sur le tombeau au soldat inconnu, au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa, le samedi 11 novembre 2017.

Photo : Radio-Canada

C’est aussi après 1918 que commence la tradition de la tombe du Soldat inconnu, symbolisant tous les morts dont les restes n’ont pas été identifiés.

Enfin, les champs de bataille, préservés dans le nord de la France, permettent de conserver le souvenir vivant.

« La Première Guerre mondiale a une dimension mémorielle et physique que n’ont pas les autres guerres », estime M. Bouchard.

C’est aussi à la suite de cette guerre « catastrophique » que les États ont décidé « d’éliminer la guerre comme outil de régulation des relations internationales », croit pour sa part Martin Laberge. Leur souhait est d’utiliser plutôt le droit international et la négociation, ce qui a conduit à une certaine stabilisation et à un esprit de coopération européen.

Un système qui volera cependant en éclats en 1939.

Histoire

Société