•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lowe’s ferme 25 magasins rachetés à Rona en 2016

Rona disparaît tranquillement du paysage du commerce de détail.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Le détaillant Lowe's a annoncé lundi la fermeture de 27 magasins au Canada et de quelque 20 autres aux États-Unis dont la performance n'est pas à la hauteur des attentes. Au pays, la majorité des magasins visés par ces mesures de restructuration sont des Rona. Le syndicat dit avoir été pris par surprise.

Un texte de Stéphane Bordeleau

Dans un communiqué publié lundi matin, la direction de Lowe’s a expliqué que ces magasins seront fermés progressivement d’ici février 2019.

Au Canada, cette opération de rationalisation entraînera la fermeture de 24 magasins Rona, d'un Réno-Dépôt et de deux Lowe’s, pour un total de 27 fermetures. Parmi les Rona fermés, neuf sont au Québec, sept en Ontario, six à Terre-Neuve-et-Labrador, un en Alberta et un autre en Colombie-Britannique.

Deux centres de soutien régionaux seront aussi fermés, l’un à Mississauga et l’autre à Saint-Jean, Terre-Neuve. Lowe's a justifié ces décisions par sa volonté de consolider ses opérations au siège social de Boucherville.

Lowe’s se départira également d’une usine de composantes préfabriquées, elle aussi à Saint-Jean, et d’une usine de blocs située à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Les 20 autres magasins appelés à fermer aux États-Unis sont quant à eux situés dans une douzaine d’États répartis à travers le pays.

Au Canada :

  • 24 magasins Rona
  • 1 magasin Réno-Dépôt
  • 2 magasins Lowe's
  • 2 centres de soutien régionaux
  • 2 usines

Aux États-Unis :

  • 20 magasins

« Restructuration stratégique »

Dans un autre communiqué, le géant américain de la rénovation a expliqué que ces fermetures s'inscrivent dans le cadre d’une « réévaluation stratégique » qui lui permettra de se concentrer sur ses magasins les plus rentables et d’améliorer sa santé financière.

Bien que les décisions qui ont une incidence sur nos associés ne soient jamais faciles à prendre, les fermetures de magasins sont une étape nécessaire de notre réévaluation stratégique.

Marvin R. Ellison, président et chef de la direction de Lowe

La direction de Lowe’s a par ailleurs promis de déployer « tous les efforts possibles » pour garder les employés qui seront touchés par ces fermetures et assurer leur transfert vers d’autres magasins de la chaîne.

Lowe's Canada a par ailleurs affirmé que cette vague de fermetures ne représentait qu'environ 3 % de la superficie de son réseau canadien.

Le syndicat pris par surprise

Choqué d'avoir appris la nouvelle dans les médias, le président du Conseil provincial des travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC), Antonio Filato, a déploré que la chaîne n’ait jamais pris la peine de prévenir ses employés avant d'annoncer ces fermetures.

Je suis extrêmement déçu d’apprendre ça par la voix des médias.

Antonio Filato, président du Conseil provincial des travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC)

« On représente plusieurs milliers de travailleurs au Québec et encore une fois, on voit la différence entre des compagnies canadiennes et américaines, a déclaré le président des TUAC à Gravel le matin. Cette compagnie-là ne nous a jamais avisés de ce qui s’en venait au Québec et au Canada. »

Selon M. Filato, c’est un changement de garde à la tête de l’entreprise américaine, en juillet dernier, qui serait à l’origine de cette vague de fermetures en Amérique du Nord.

« Les gens qui avaient acheté Rona à l’époque aux États-Unis, ce n’est plus les mêmes aujourd’hui. C’est l’ancien président de JC Penney, un ancien de Home Depot, qui a pris la barre aux États-Unis et c’est lui qui a l’air de faire tous ces changements-là », a expliqué le président des TUAC, qui promet de rappeler à Lowe’s les engagements qu’il a pris lors de l'achat de Rona il y a deux ans.

Selon la direction de Lowe's Canada, aucun des employés qui seront touchés par ces fermetures au Québec ne sont syndiqués. Le siège social ajoute que dans les autres provinces, « les représentants syndicaux ont été dûment informés avant que l’annonce ne soit rendue publique ».

Fondée en 1939, la chaîne de quincailleries Rona regroupe plus de 430 magasins corporatifs et affiliés à travers le Canada.

Québec et Ottawa restent prudents

Appelé à réagir, le premier ministre du Québec, François Legault, a déploré la décision prise sous le gouvernement précédent de Philippe Couillard. « Là, il est trop tard, il faut regarder en avant, a constaté M. Legault. On ne peut pas refaire l’histoire, on ne peut pas refaire la décision qui a été prise par le gouvernement libéral de laisser aller le siège social de Rona. »

Tout ce que je peux vous dire, c’est que je vais m’assurer, entre autres avec Investissement Québec, qu’à l’avenir, on en perde le moins possible de sièges sociaux.

Le premier ministre François Legault

Le cabinet du ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, a fait savoir que le gouvernement Legault « est sensible aux préoccupations des employés » touchés et qu'il « va suivre de proche les décisions de l’entreprise à la lumière des engagements pris dans le contexte de la transaction ».

Le cabinet du ministre avait préalablement dit voir d'un bon oeil que Lowe's consolide ses activités à Boucherville. Il précisait cependant qu'il voulait attendre de voir quel serait l'impact des fermetures annoncées sur les employés touchés avant de se prononcer davantage. Des discussions avec Lowe's auront lieu très bientôt, ajoutait-il.

Selon nos informations, environ 200 employés québécois de Rona seront touchés par les fermetures, mais la majorité d'entre eux devraient être relocalisés. Des embauches additionnelles seraient aussi prévues au siège social de Boucherville. Jusqu'à une soixantaine d'emplois pourraient être perdus en fin de compte.

À Ottawa, le ministre du Développement économique, Navdeep Bains, a déclaré que le gouvernement Trudeau est « préoccupé » par les pertes d'emplois annoncées, mais a eu du mal à dire ce qu'il pourrait faire pour venir en aide aux principaux intéressés.

« Cette transaction a été examinée afin d’assurer qu’elle présente un avantage économique global pour le Canada », a-t-il affirmé. « Nous allons continuer de travailler avec les travailleurs. »

Une transaction controversée

La chaîne de quincaillerie québécoise Rona a été achetée en février 2016 par le géant américain Lowe's pour 3,2 milliards de dollars. La transaction avait suscité l'indignation au Québec et provoqué la démission du ministre libéral Jacques Daoust.

En 2012, Investissement Québec avait acquis 10 % des actions de Rona à la demande du ministre de l'Économie de l'époque, le libéral Raymond Bachand, pour constituer une minorité de blocage et ainsi protéger la quincaillerie québécoise d'une offre d'achat hostile de Lowe's.

Quelques semaines après la vente de Rona, un rapport de la vérificatrice générale du Québec a conclu que le bras financier du gouvernement avait liquidé les 10,1 millions d'actions de Rona qu'il lui restait entre décembre 2014 et février 2015.

Jacques Daoust, qui était ministre de l'Économie à l'époque, a toujours nié avoir donné l'ordre de vendre ses actions. Il n'en a pas moins démissionné en août 2016, après que les médias eurent publié des échanges de courriels montrant que son chef de cabinet, Pierre Ouellet, avait donné le feu vert à cette vente.

En commission parlementaire, M. Ouellet a affirmé avoir informé le ministre Daoust de la volonté du conseil d'administration de vendre son bloc d'actions. « Le ministre m'avait dit : ''C'est de leur responsabilité, ils vivront avec leurs conséquences'' », a-t-il témoigné.

Selon un testament politique dont des extraits ont été publiés en avril dernier par Le Journal de Montréal, il appert cependant que M. Daoust a maintenu jusqu'à sa mort qu'il était contre cette transaction et qu'il n'avait pas donné le feu vert à son chef de cabinet.

Le PQ et QS blâment la Caisse

Le leader parlementaire du Parti québécois (PQ), Martin Ouellet, s’est dit peu surpris de l’annonce de Lowe’s. « Lorsqu’une grande entreprise fait des acquisitions, on voit ça à travers le monde, il y a des consolidations qui se font », a expliqué M. Ouellet.

On l’avait décrié lorsqu’est venu le temps de la transaction, aujourd’hui, on est devant des faits accomplis. C’est très malheureux pour l’économie du Québec.

Martin Ouellet, leader parlementaire du Parti québécois

« Du côté de Lowe’s, je crois qu’on veut rentabiliser la transaction lorsqu’on a acheté Rona à fort prix, a-t-il poursuivi. Je les comprends, mais malheureusement, l’impact, aujourd’hui, dans l’économie du Québec, est majeur. »

Le porte-parole du PQ a estimé que le gouvernement aurait dû intervenir à l'époque, par le biais de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), pour empêcher la transaction. La CDPQ a toutefois laissé la transaction se conclure puisque « c’était une transaction qui était financièrement bonne pour la Caisse de dépôt, pour les épargnants », a-t-il rappelé.

M. Ouellet a toutefois avancé que la CDPQ avait négligé le volet du développement économique du Québec.

On a aujourd’hui le constat que, malheureusement, la Caisse n’a pas joué son rôle.

Martin Ouellet, leader parlementaire du Parti québécois

Il a interpellé le nouveau gouvernement de la Coalition avenir Québec : « De quelle façon elle compte protéger les autres fleurons du Québec et de quelle façon on est capable d’avoir un impact dans toutes les économies, dans toutes les régions du Québec? »

Estimant que son parti serait intervenu pour bloquer la transaction lorsque la CDPQ possédait un tel pouvoir, M. Ouellet a demandé à la ministre de l’Économie de l’époque, Dominique Anglade, de s’expliquer, elle qui « avait salué cette transaction-là comme étant bonne pour le Québec ».

L'opposition libérale s'est plutôt abstenue de commenter la nouvelle.

À l'instar du Parti québécois, Québec solidaire soutient que la CDPQ devrait en faire davantage pour éviter que des fleurons québécois ne soient vendus à des intérêts étrangers.

La porte-parole du parti en matière d'économie, Ruba Ghazal, réclame qu'une commission parlementaire se penche sur la question. Elle rappelle que la Coalition avenir Québec du premier ministre François Legault s'était fermement opposée à la vente de Rona en 2016.

« Il y a une occasion à ne pas rater pour préciser le rôle d'Investissement Québec et de la Caisse de dépôt », a déclaré la députée dans communiqué. « Le premier ministre Legault peut prouver qu'il est réellement différent du Parti libéral et expliquer son plan pour protéger les travailleurs et fournisseurs locaux. »

Le PQ et QS ont par ailleurs souligné que le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé, a défendu cette transaction lorsqu'il était vice-président de la CDPQ, ce qui le place en contradiction avec la position défendue à la même époque par M. Legault.

« Qui dit vrai au gouvernement et qui se lèvera pour défendre nos entreprises, leurs fournisseurs et nos emplois ici au Québec? » s'est interrogé le député de QS dans Rosemont, Vincent Marissal.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commerce

Économie