•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Remaniement ministériel : le NPD accuse Doug Ford de manquer de transparence

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford

Photo : La Presse canadienne / Liam Richards

Radio-Canada

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, a procédé, lundi matin, à un remaniement ministériel à la suite de la démission surprise de son ministre vétéran Jim Wilson.

M. Wilson a quitté soudainement son poste, vendredi dernier, afin de recevoir des traitements pour des problèmes de dépendance, quelques heures seulement après une annonce aux côtés de M. Ford.

Six conservateurs changent de rôle au sein du nouveau Cabinet, dont la composition a été annoncée lundi par voie de communiqué.

M. Wilson, par exemple, est remplacé à la tête du ministère du Développement économique par Todd Smith, qui était jusqu'ici responsable des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs.

La professeure de sciences politiques Geneviève Tellier, de l'Université d'Ottawa, est surprise de l'ampleur de ce remaniement, qui survient à peine quatre mois après l'arrivée au pouvoir de M. Ford.

Peut-être que ça ne tourne pas exactement comme [Doug Ford] le veut.

Geneviève Tellier, politologue

Mme Tellier souligne que plusieurs décisions du gouvernement Ford ont été accompagnées de manifestations importantes, que ce soit la réduction de la taille du conseil municipal de Toronto, le gel du salaire minimum ou l'élimination du nouveau programme d'éducation sexuelle.

Pour sa part, le premier ministre Ford n'a pas rencontré la presse, lundi matin, pour expliquer son remaniement. Il s'est contenté d'une déclaration écrite : Après quatre mois au cours desquels notre gouvernement a pris des mesures sans précédent, nous réévaluons les attributions des portefeuilles ministériels afin de nous assurer de continuer à respecter nos engagements envers la population.

Changements dans le Cabinet Ford :

  • Sécurité communautaire et Services correctionnels : Sylvia Jones prend du galon et remplace Michael Tibollo;
  • Tourisme, Culture et Sport : Michael Tibollo succède à Sylvia Jones;
  • Transports : Jeff Yurek (qui était ministre des Richesses naturelles) remplace John Yakabuski;
  • Richesses naturelles et Forêts : John Yakabuski est rétrogradé à ce rôle;
  • Services gouvernementaux et Services aux consommateurs : Bill Walker, qui était le whip en chef du gouvernement, fait son entrée au Cabinet;
  • Développement économique, Création d'emplois et Commerce : Todd Smith remplace Jim Wilson, qui a démissionné. M. Smith demeure par ailleurs leader parlementaire.

La chef adjointe du NPD, Sara Singh, dit que Doug Ford doit s'expliquer tant sur le départ de M. Wilson que sur le remaniement de six postes de ministre qui survient à peine quatre mois après l'assermentation.

Il y a des changements qui se passent et les médias ne le savent pas, les gens ne le savent pas. Ce gouvernement fait des choses [derrière des portes closes.]

Sara Singh, chef adjointe du NPD

Pas de changement aux postes clés

Au sein du nouveau Cabinet, il n'y a pas de changement aux Finances (Vic Fedeli), en Santé (Christine Elliott), à l'Éducation (Lisa Thompson) et aux Affaires francophones (Caroline Mulroney, qui demeure aussi procureure générale), notamment.

La politologue Geneviève Tellier trouve étrange que M. Wilson ait non seulement démissionné du Cabinet, mais aussi du caucus conservateur. Selon elle, l'aversion des médias de M. Ford, qui n'a pas parlé publiquement de la démission de son ministre jusqu'à maintenant, alimente les rumeurs.

Jim Wilson fait partie des trois vétérans de l'Assemblée législative. Il a été élu pour la première fois en 1990, en même temps que l'actuel président de la Chambre, Ted Arnott, et le leader parlementaire de l'opposition néo-démocrate, Gilles Bisson.

Moi, je n'ai jamais rien vu [concernant] son comportement qui nous donnerait une indication qu'il y avait un problème de ce côté-là.

Ce dernier décrit son collègue progressiste-conservateur comme étant « un gars d'expérience » doté d'un « bon sens de l'humour » qu'il respecte beaucoup.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale