•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attirer les touristes hors des Rocheuses albertaines

Montréal Ce soir, 19 juin 1995

Radio-Canada

Les Rocheuses ne sont pas la clé de la croissance du tourisme en Alberta. C'est ce qu'affirme l'organisme gouvernemental Travel Alberta qui préfère miser sur d'autres joyaux de la province, comme le Musée royal Tyrell, pour attirer davantage de visiteurs internationaux.

Un texte d’Audrey Neveu

Les habitants de la région sont concernés par l’impact environnemental et social de tant de visiteurs sur les Rocheuses. Alors que l’été est extrêmement achalandé, Travel Alberta veut voir plus de touristes au printemps et à l’automne pour maintenir un nombre de visites plus constant.

Les Rocheuses ont un grand pouvoir d’attraction. La question est maintenant, comment l’utilise-t-on pour pousser les touristes à visiter d’autres régions?

Royce Chwin, président de Travel Alberta

« Nous avons des stratégies pour mitiger le nombre de visiteurs avant que ça ne devienne hors de contrôle », affirme Royce Chwin, le président de Travel Alberta.

Il estime être sur la bonne voie pour atteindre son objectif de 10 milliards de dollars de dépenses en tourisme dans la province en 2020.

Les dépenses à ce chapitre étaient de 8,5 milliards de dollars en 2017, un manque à gagner de 1,5 milliard pour atteindre son objectif. Les Rocheuses albertaines génèrent en effet la part du lion de ces revenus, mais avec plus de 4 millions de visiteurs en 2017, elles sont saturées.

« C’est le résultat de notre succès », croit M.Chwin.

Une centaine de personnes font la file aux côtés d'une navette jaune de Parcs Canada. À sa droite, un panneau indique le départ de la navette vers le Lac Louise, qui passe toutes les 15 minutes entre 8 h et 16 h 30.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Parcs Canada recommande aux visiteurs d'arriver avant 8 heures du matin, pour obtenir une place de stationnement. Passé 10 heures, le stationnement auxiliaire est habituellement rempli.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

« Nous recevons la moitié de nos visiteurs entre juin et septembre, alors nous avons beaucoup d’autres opportunités à leur faire découvrir », estime le vice-président du marketing international de l’organisme de tourisme de Banff et Lake Louise, Woodrow Oldford. « Les Rocheuses sont habituellement leur destination numéro un, mais nous pouvons utiliser ce pouvoir d'attraction pour leur faire découvrir d'autres activités une fois sur place », croit-il.

Sortir du corridor Calgary-Banff-Jasper

Travel Alberta fait de nombreuses campagnes de promotion auprès des visiteurs pour leur faire découvrir d'autres régions, par exemple Drumheller, connue comme étant la capitale mondiale des dinosaures en raison de ses sols riches en fossiles. « Les familles albertaines sont nos visiteurs principaux », explique la responsable du développement économique et des communications de la Ville de Drumheller, Julia Fielding.

« Nous voyons toutefois une augmentation du nombre de visiteurs internationaux, particulièrement de la Chine. Nous avons beaucoup de tours guidés pour les Chinois », affirme-t-elle.

Plusieurs monticules de terre dans lesquels on distingue clairement les différentes strates faites de différents minérauxAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La région de Drumheller attire des centaines de milliers de visiteurs chaque année, que la Ville tente de convaincre de rester plusieurs jours dans la région.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

Ces visiteurs sont particulièrement intéressants pour Drumheller, car ils restent plusieurs jours et dépensent davantage que les visiteurs régionaux. « Ils dépensent en moyenne six fois plus en Alberta », ajoute Royce Chwin. « Pour beaucoup d’entre eux, c’est le voyage d’une vie. »

Pour faire croître le secteur touristique de Drumheller, la Ville est en train de diversifier les activités offertes, afin de retenir plus longtemps les visiteurs qui passent habituellement une journée seulement dans la région, souvent pour visiter le Musée royal Tyrrell. Des randonnées à cheval, des excursions en kayak et l’ouverture d’une microbrasserie sont prévues.

Ces activités, surtout la microbrasserie, attirent un nouveau type de clientèle chez nous et nous pouvons ensuite leur montrer tout ce que nous avons.

Julia Fielding, responsable du développement économique et des communications, Ville de Drumheller

Travel Alberta mise également sur le tourisme autochtone, un secteur en pleine croissance. Le précipice à bisons Head-Smashed-In, à deux heures de Calgary, est un exemple de ce type d’activités mises en valeur auprès des touristes, tant régionaux qu’internationaux. Les visiteurs peuvent y apprendre comment les Premières Nations de la région chassaient les bisons en les attirant vers un précipice, ainsi que la signification de cette bête pour les Autochtones.

Confiant que la province atteindra son objectif de dépenses en 2020, Royce Chwin rêve à l’impact potentiel d’une candidature de Calgary aux Jeux olympiques d’hiver de 2026. « Je crois qu’il sera encore plus grand que celui des Jeux de 1988 », croit-il. « Si nous ne sommes pas dans l’esprit des gens, une autre destination l’est. Les Jeux de 2026 nous aideraient à reprendre une place de choix sur la scène internationale. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Tourisme