•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bière et jus à saveur d’économie circulaire

Le reportage de Michel Marsolais

Plus du tiers des aliments produits au Canada se retrouvent à la poubelle chaque année. Des denrées gaspillées qui valent pas moins de 30 milliards de dollars. Pour remédier au problème, une entreprise d'économie circulaire de Montréal récupère certains de ces aliments pour en faire... des boissons.

Un texte de Michel Marsolais

Dans les locaux de la brasserie New Deal à Boucherville, 50 000 cannettes de bière faite à partir de pain récupéré dans diverses boulangeries sont fin prêtes. Le produit sera lancé mercredi par LOOP Mission.

Depuis deux ans, l’entreprise montréalaise produit déjà des jus à partir de fruits et de légumes invendus qui auraient pris autrement le chemin du dépotoir. Les banques alimentaires ne peuvent tout absorber et les surplus sont énormes.

« On se positionne vraiment comme une entreprise d'économie circulaire qui vise à régler un problème de gaspillage alimentaire, explique Julie Poitras-Saulnier, cofondatrice de LOOP Mission. On ne se voit pas comme une entreprise de jus ou une entreprise de bière. »

Le processus de production se fait « à l’envers de la plupart des entreprises ».

Au lieu de penser à un produit, puis de le mettre sur le marché, on prend les surplus. On a vu ce qui se gaspillait en grande quantité, en petite quantité et en saisonnalité. On a tout mis ça dans un tableau, puis on a mis les ingrédients qui vont ensemble et on a créé des recettes.

David Côté, cofondateur de LOOP Mission

Des supermarchés comme fournisseurs

C'est le distributeur de fruits et de légumes Courchesne-Larose qui a d’abord eu l'idée de créer des produits originaux à partir des invendus de son entrepôt d'Anjou. Le volume important de produits invendables posait problème pour le distributeur, un des plus gros donateurs des banques alimentaires.

« C'est vraiment eux qui nous ont contactés pour nous dire : on envoie chaque jour 16 tonnes de fruits et de légumes aux sites d'enfouissement. C'est des produits super beaux, super bons, mais qui ne trouvent plus preneurs » précise Julie Poitras-Saulnier.

Des supermarchés se sont ajoutés comme fournisseurs, assurant ainsi les matières premières nécessaires pour la production.

Julie Poitras-Saulnier, cofondatrice de l'entreprise montréalaise Loop Mission.Julie Poitras-Saulnier, cofondatrice de l'entreprise montréalaise LOOP Mission Photo : Radio-Canada

Consommateurs avertis

« On part d'un problème pour créer un produit, puis on essaie de s'assurer que ça va marcher chez le consommateur », ajoute David Côté, qui estime que LOOP Mission est la première entreprise d’économie circulaire au pays dans ce segment de marché.

Même si les produits LOOP sont faits d’aliments en fin de cycle, la réaction des consommateurs a été jusque-là enthousiaste, selon les représentants de l’entreprise.

On a été vraiment étonné de voir à quel point le succès a été rapide et instantané. On a compris que les gens étaient vraiment informés sur le gaspillage alimentaire et s’ils choisissent notre produit plutôt qu'un autre, c'est [parce qu’on vend] une mission, une solution.

Julie Poitras-Saulnier

LOOP Mission voit déjà grand et pense que son modèle peut être reproduit dans d'autres pays qui font aussi face au problème du gaspillage alimentaire.

Plusieurs études démontrent que le taux de gaspillage varie de 30 à 50 %, selon les pays ou les régions. Chaque Canadien gaspille environ 180 kg d’aliments chaque année.

Alimentation

Économie