•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rassemblement en faveur d'un collaborateur de Radio-Canada incarcéré en Algérie

Le reportage de Michel Marsolais
Radio-Canada

Une trentaine de manifestants se sont rassemblés samedi devant le consulat d'Algérie, sur la rue Saint-Urbain, à Montréal, pour réclamer la libération de Saïd Chitour, un journaliste algérien collaborateur de Radio-Canada, qui est emprisonné dans son pays.

L'affaire Jamal Khashoggi, lors de laquelle le journaliste critique du pouvoir saoudien aurait été assassiné puis démembré dans le consulat de l'Arabie saoudite à Istanbul, en Turquie, ramène à l'avant-scène médiatique l'histoire de M. Chitour, arrêté en juin 2017 et emprisonné depuis à Alger.

Celui-ci offrait ses services comme « fixeur » – une personne ressource pour les journalistes étrangers en reportage en Algérie. À la suite de son arrestation, au retour d'un voyage en Espagne, il a été accusé d'avoir fourni des documents secrets à des puissances étrangères. D'espionnage, donc.

« Libérez les journalistes! Libérez les journalistes! » scandait le groupe de manifestants, parmi lequel se trouvaient la soeur et le fils de M. Chitour.

Mon père est détenu injustement dans un autre pays loin d'ici, en Algérie, et plein d'autres journalistes sont détenus pour des raisons incompréhensibles pour leurs familles, pour tout le monde.

Sami, fils de Saïd Chitour

« On sait qu'il doit se faire opérer », renchérit la soeur du détenu, Alilou Alia, qui dénonce une détérioration marquée de ses conditions de détention. « Il y a plein de kystes qui poussent sur sa tête, et ce qu'a dit un des gardiens, c'est que l'un de ces kystes peut le rendre aveugle. »

L'Algérie est tout sauf un modèle pour la liberté de presse : la corruption y est généralisée, et les journalistes sont bien souvent arrêtés et emprisonnés. À la fin du mois dernier, justement, quatre reporters y ont été mis aux fers et accusés de diffamation.

Saïd Chitour risque la prison à vie s'il est reconnu coupable.

En plus du rassemblement tenu samedi à Montréal, d'autres manifestations ont été organisées à Alger et à Paris.

Avec les informations de Michel Marsolais et d'Alexis Gacon

Droits et libertés

Société