•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des moments riches en émotions lors d'une discussion sur les statuts et règlements de l'ACF

De gens sont assis autour de tables rondes et écoutent un animateur parler au micro.

De vives discussions ont eu lieu lors de la consultation publique de l'ACF, à Saskatoon.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le comité de gouvernance de l'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) a tenu une consultation publique samedi, lors du Rendez-vous fransaskois 2018, afin de prendre le pouls des membres de la communauté concernant de futurs changements à apporter aux statuts et règlements de l'organisme.

Parmi les enjeux qui ont suscité de vives discussions au sein de la centaine de personnes présentes, notons les critères d’adhésion à l'ACF. Le formateur et animateur de l’événement, Maurice Chiasson, suggère d’ajouter certains critères. Parmi eux, les membres devraient dorénavant pouvoir parler français, déposer une demande d’adhésion et payer une cotisation.

La question de la révocation d’un membre a également été abordée. Le fait qu’un membre quitte la Saskatchewan a été jugé un motif pertinent pour révoquer un membre, selon une majorité de gens sur place.

Lorsqu'il a été question de l’établissement d’un code d’éthique, Marie-France Kenny a éclaté en sanglots.

Cette ancienne présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) a évoqué l’intimidation qu’elle a subie et insisté sur l’importance d’imposer un code de conduite afin que les échanges entre les membres soient plus respectueux.

« J'ai été victime d'attaques intentionnelles. Je crois qu'on a besoin d'un code d'éthique pour éviter ce genre d'attaques personnelles, réclame Marie-France Kenny.

Il est à noter que la députée communautaire de Battleford, Christine Freethy, a assisté aux consultations, malgré l’interdiction d’être présente que lui avait formulée le président de l’ACF, Denis Simard. Elle a par la suite remis sa démission vendredi et refusé de parler à Radio-Canada samedi.

Révision des statuts : des questions qui refont surface

La révision des statuts et règlements de l’ACF avait été votée à l’unanimité par les députés communautaires, lors d’une rencontre à Assiniboia le 6 octobre dernier. Denis Simard a alors indiqué qu’il s’agit de l’un des principaux défis de l’Assemblée.

Mais déjà en juin 2017, une motion loin de faire l’unanimité avait été suggérée au sujet des critères d’admissibilité des membres, afin qu’un individu doive être citoyen canadien ou résident permanent pour devenir membre de l’ACF.

L’adoption des modifications des critères d’adhésion avait été reportée, pour finalement être abandonnée quelques mois plus tard.

Denis Simard avait déjà fait part de son intention de modifier les statuts et règlements.

Rectificatif :

Une version antérieure du texte indiquait à tort que Denis Simard avait déclaré après avoir été élu qu'il modifierait les statuts et règlements de l'ACF. Denis Simard avait plutôt fait connaître son intention de modifier le règlement électoral, après l’annonce de sa victoire par le juge Guy Chicoine, le 3 juillet.

Saskatchewan

Associations francophones