•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La qualité des soins pour les détenus psychiatrisés des Prairies est dénoncée

Des portes de cellules
Le rapport de l'enquêteur correctionnel Ivan Zinger déposé devant le Parlement mardi dernier souligne notamment que les centres de détention psychiatriques manquent de personnel, Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le Bureau de l'enquêteur correctionnel du Canada dénonce la qualité des soins dans des centres de détention psychiatriques des Prairies dans son plus récent rapport.

Il révèle qu’entre octobre 2016 et février 2018, des employés du Centre psychiatrique régional de Saskatoon ont utilisé à 175 reprises la force contre des patients. Il s’agit de l'institution fédérale où la force a été utilisée le plus souvent. L’Établissement d’Edmonton vient au deuxième rang avec 136 incidents liés à l’utilisation de la force.

L’utilisation de la force fait allusion aux tactiques physiques employées par des autorités pour faire respecter des règles. Avoir recours à un vaporisateur de poivre de cayenne, à l’isolement préventif ou à la contrainte sont des exemples d’utilisation de la force.

« Ce n'est pas bon », soutient Catherine Latimer, la directrice générale de la Société John Howard, un organisme qui dit se consacrer à offrir et à développer des programmes qui réduisent le coût social, économique et personnel de la criminalité. « Ça indique qu’il y a une forte dépendance à l’égard de l’utilisation de la force avec des gens qui sont déjà diagnostiqués avec des problèmes de santé mentale », avance-t-elle.

Le rapport déposé devant le Parlement mardi dernier souligne notamment que les centres de détention psychiatriques manquent de personnel, un manque bien en dessous des normes acceptées. « Ces faibles ratios de personnel pour les besoins de patients peuvent mener à une trop grande utilisation de l’isolement et des pratiques d’isolement clinique », relate le rapport.

Service correctionnel défend son recrutement

Dans un communiqué, Service correctionnel Canada avance que des changements récents ont été apportés et que l’utilisation de la force est davantage contrôlée. « Tous les employés des centres correctionnels, dont ceux des centres de traitements régionaux, sont recrutés prudemment, choisis et formés », est-il indiqué.

Il évoque aussi que, plus tôt cet automne, le ministre de la Sécurité publique du Canada a déposé le projet de loi C-83, qui vise à mettre fin au confinement cellulaire dans les prisons fédérales.

D'après les informations d'Andrea Huncar, CBC News

Alberta

Santé mentale