•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La consommation excessive d'alcool des Canadiennes préoccupe la santé publique

Une femme tient un verre d'alcool à la main, la tête posée sur la table.

Le taux de décès liés à la consommation de l’alcool chez les femmes a augmenté de 26% entre 2011 et 2017.

Photo : getty images/istockphoto / nixki

Radio-Canada

L'administratrice en chef de la santé publique du Canada révèle dans son plus récent rapport que le taux de mortalité lié à la consommation d'alcool est plus élevé chez les femmes que chez les hommes.

Le rapport 2018 de la Dre Theresa Tam aborde la crise d’opioïdes qui sévit au pays, de même que les problèmes de santé liés à la consommation de marijuana récréative, mais il souligne aussi que le fléau de l’alcoolisme mérite l’attention des autorités.

« Nous avons perdu de vue le fait que les taux élevés de la consommation problématique d’alcool sont à l’origine de plusieurs dommages », écrit la Dre Tam.

Le taux de décès liés à la consommation de l’alcool a augmenté de 26 % chez les femmes entre 2011 et 2017, alors que la hausse a été de 5 % chez les hommes durant la même période.

Les jeunes sont particulièrement touchés par ce fléau, selon le document, qui révèle que le taux d’hospitalisation lié à l’alcool est plus élevé chez les filles âgées de 10 à 19 ans que chez les garçons du même âge.

« Le taux de consommation d’alcool est toujours plus élevé chez les hommes […] mais les femmes sont en train de combler la différence », a affirmé la Dre Tam à l'émission The House, au réseau CBC.

C’est un signe vraiment inquiétant. Le taux d’alcoolisme chez les Canadiennes est nettement en hausse.

Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada

Un lien avec le stress et l'anxiété

Cette hausse reste inexpliquée, mais elle pourrait être liée au stress et à l’anxiété, selon l’administratrice en chef de la santé publique du Canada.

« Nous devons comprendre les raisons pour lesquelles les femmes consomment de l’alcool de manière préjudiciable, a-t-elle dit. Les femmes vivent le traumatisme, l’abus sexuel et le harcèlement de manière différente [que les hommes, NDLR]. Ces facteurs sous-jacents sont importants à prendre en considération lorsqu’on se penche sur la prévention. »

Selon la Dre Tam, la hausse du taux de mortalité lié à l’alcoolisme chez les femmes « montre que nous ignorons [le problème] d’alcool ».

Certains observateurs affirment que cette hausse est liée aux publicités ciblant les femmes depuis les années 1990. C’est ce que croit la Dre Catherine Paradis, analyste principale au Centre de recherche sur les dépendances et l'usage de substances, qui dénonce l’usage de messages féministes pour la vente de l’alcool.

« Je trouve troublant le fait que les publicitaires utilisent le concept de l’égalité entre les sexes pour encourager les femmes à consommer de l’alcool comme les hommes », dit la Dre Paradis.

La Dre Tam, pour sa part, rappelle que les corps des femmes et des hommes réagissent différemment face à l’alcool. « La teneur en eau chez les femmes est différente, souligne-t-elle. Les enzymes qui métabolisent l’alcool ne sont pas pareilles ».

Le débat sur la consommation d’alcool au Canada avait été relancé en mars dernier à la suite de la mort tragique d'Athena Gervais, 14 ans, dont le corps a été retrouvé dans un ruisseau derrière son école secondaire à Laval. Selon des témoignages, elle aurait consommé des canettes de FCKD UP. Cette boisson dans un format de 568 ml contenait 11,9 % d'alcool et se vendait moins de 4 $.

« Comme vous le savez, à la suite de cette tragédie survenue au Québec, nous avons pris des mesures pour limiter le taux d’alcool dans les boissons sucrées », a assuré le bureau de la ministre fédérale de la Santé Ginette Petitpas-Taylor. « Nous sommes en train de revoir les recommandations du Comité de la santé et nous travaillons pour l’introduction de nouveaux règlements dans un avenir rapproché », toujours selon la même source.

En moyenne, au pays, 6 personnes de 10 à 19 ans sont hospitalisées pour consommation excessive d’alcool chaque jour, soulignait en mai dernier un rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS).

Les taux d'hospitalisation et de décès directement liés à l’alcool sont plus élevés dans les provinces de l’ouest que dans celles de l’est du Canada, à l’exception de la Nouvelle-Écosse.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé