•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une plaque pour reconnaître l'importance des peuples autochtones

Deux personnes entourant une plaque et une sculpture.

La plaque est une initiative de Shannon Agowissa, agente de liaison autochtone, qui pose ici en compagnie de Paul Pedersen, chef de la police du Grand Sudbury

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Radio-Canada

La police du Grand Sudbury a dévoilé vendredi une plaque reconnaissant sa présence en territoire ancestral autochtone. Le corps policier veut ainsi souligner son engagement envers les peuples autochtones de la région.

Un texte de Bienvenu Senga

La création de la plaque a été initiée par la constable Shannon Agowissa, agente de liaison autochtone de la police de Sudbury.

Je voulais proposer quelque chose pour enseigner l’histoire du territoire pour que les gens comprennent ce que je dis quand je fais une reconnaissance du territoire moi-même.

Shannon Agowissa, agente de liaison autochtone à la police du Grand Sudbury
Une plaque posé sur un mur.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La plaque montre les symboles des Premières Nations, des Métis et des Inuits.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Le chef de police Paul Pedersen espère que le dévoilement de la plaque sera vu non comme un geste purement symbolique, mais comme une réaffirmation de l’engagement de la police envers les peuples autochtones.

Nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir, mais nous franchissons une étape importante en reconnaissant fermement ce qui est inscrit sur la plaque.

Paul Pedersen, chef de la police du Grand Sudbury

Il ajoute que la police du Grand Sudbury se doit de jouer un rôle de leader dans l’enseignement de l’histoire de cette terre qui était déjà occupée par des gens avant la colonisation, de l’impact des pensionnats autochtones et de comment aller de l’avant de concert avec les peuples autochtones de la communauté.

Quatre personnes posant pour une photo.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Art Petahtegoose, ancien chef de la Première Nation d'Atikameksheng Anishnawbek, Shannon Agowissa, Paul Pedersen et Larry Roque, chef de la Première Nation de Wahnapitae.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Le chef Larry Roque de la Première Nation de Wahnapitae qualifie le geste de la police d’un honneur.

Dans le passé, nous n’étions pas reconnus. Comme petit garçon, je devais cacher le fait que j’ étais autochtone, ça fait du bien de voir que les choses changent et que c’est reconnu de plus en plus, indique-t-il.

Nord de l'Ontario

Autochtones