•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d'équipe de la région au prochain Tournoi international pee-wee de Québec

Le directeur du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec Patrick Dom
Patrick Dom, directeur général du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec. Photo: Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Les hockeyeurs de l'Abitibi-Témiscamingue devront faire une croix sur une participation au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec puisqu'aucune formation de la région ne participera à l'édition 2019.

Avec les informations de Piel Côté

Le Tournoi international de hockey pee-wee de Québec veut faire plus de place aux équipes scolaires. L'an passé, seulement huit équipes ont pris part au tournoi dans cette classe, contre 23 dans le B et 32 dans le AA par exemple.

Il y a donc moins de places dans les quatre catégories civiles et, pour celles-ci, on a retenu les formations connaissant de bonnes saisons.

Plusieurs équipes des régions ont donc écopé, comme celles de l'Abitibi-Témiscamingue, de Chicoutimi ou encore de Baie-Comeau.

Le directeur général du Tournoi, Patrick Dom, s'est toutefois défendu de vouloir écarter les équipes des régions éloignées.

Je ne suis pas allé à l'école longtemps, mais je sais que Sept-Îles, c'est sur la Côte-Nord, et on a accepté Sept-Îles, lance-t-il, sans appel.

Aucune entente avec la LHJMQ

Traditionnellement, la majorité des équipes aux couleurs des formations de hockey junior majeur étaient représentées.

L'entente obligeant le Tournoi à accepter les équipes de la LHJMQ n'a toutefois pas été renouvelée, ce qui explique que les Petits Huskies ou les Petits Drakkar, les deux ayant des fiches négatives cette saison, n'aient pas été retenus.

Puisqu'on devait sacrifier plus d'équipes civiles dans ce tournoi qui compte 160 équipes, la direction a décidé de prendre des équipes qui avaient offert de bonnes performances en début de saison.

L'entraîneur de l'équipe régionale pee-wee AAA, Steve Marquis, trouve aberrant de choisir une équipe par sa fiche.

La direction du tournoi m'oblige, en tant qu'entraîneur, à jouer un match pour gagner, donc à couper mon banc et ça c'est sûr que je ne ferai jamais ça au détriment d'assister au Tournoi pee-wee de Québec.

Steve Marquis, entraîneur

M. Marquis, a expliqué que les équipes régionales manquent souvent de rodage en début de saison, puisqu'elles commencent la saison plus tard et n'ont pas la possibilité d'avoir des matchs préparatoires contre d'autres équipes AAA.

À Montréal, ils avaient déjà huit matchs préparatoires plus les rencontres disputées au sein même du club, car parfois il peut y avoir plusieurs équipes AAA au sein de la même organisation, détaille-t-il.

Le directeur de la structure intégrée d'Abitibi-Témiscamingue, Alexandre Chénier, explique aussi qu'une nouvelle norme de Hockey Québec oblige les équipes à donner un rapport de présences sur la glace des patineurs au début du mois de décembre. Ils veulent que tous les joueurs, en début de saison, effectuent une rotation. Donc ils jouent au centre, à la défense et à l'aile, dit-il, ajoutant un nouvel argument au manque de rodage des équipes des petites régions en début de saison.

Quelle est la vocation du Tournoi?

Steve Marquis croit aussi que le Tournoi devra clarifier sa vocation.

Ça dépend toujours de l'objectif du tournoi. Est-ce que le but est de faire vivre quelque chose aux enfants ou d'avoir les meilleures équipes au monde? Si c'est d'avoir les meilleures équipes au monde, je n'ai pas de problème avec ça, mais que la direction l'affiche d'avance parce que cette année, je ne le savais pas, soutient-il.

Hockey Abitibi-Témiscamingue confirme que des discussions sont en cours afin que toutes les régions puissent être représentées puisque le Tournoi international de hockey pee-wee de Québec est un tournoi fédéré par Hockey Québec.

Abitibi–Témiscamingue

00