•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réforme électorale au Québec : « le boulot est déjà commencé », dit Sonia LeBel

La ministre de la Justice Sonia Lebel est assise dans son bureau. On aperçoit, en arrière-plan, le centre-ville de Montréal.

La ministre de la Justice, Sonia LeBel

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Sonia LeBel a hérité d'importants mandats en devenant ministre de la Justice et des Relations canadiennes : établir les ponts avec les autres provinces et le fédéral, améliorer l'accès au système de justice et prévoir les contestations judiciaires des projets de loi de son gouvernement. Parmi tous ces dossiers, un autre s'est ajouté, et non le moindre : la réforme du mode de scrutin.

Un texte de Mathieu Gohier, de l'émission Les coulisses du pouvoir

Deux semaines après son entrée en poste, Sonia LeBel assure que cette promesse phare de la Coalition avenir Québec (CAQ), un engagement pris en commun avec le Parti québécois et Québec solidaire, a déjà connu du progrès.

Dans une première entrevue à titre de ministre accordée à l'émission Les coulisses du pouvoir, la responsable de la réforme des institutions démocratiques affirme que l'important chantier est déjà lancé.

« C'est une des premières commandes qui est partie du cabinet du premier ministre et c'est déjà en place. J'ai déjà mis des gens sur le dossier. On va rencontrer naturellement les différents intervenants, dont le MDN [NDLR : Mouvement démocratie nouvelle], il y a des gens qui sont intéressés par cette question-là, mais j'ai déjà pensé à un plan de match », indique Sonia LeBel.

La CAQ est au pouvoir depuis un mois seulement, mais la nouvelle ministre sait que pour réussir cet important virage vers un mode de scrutin proportionnel mixte dès 2022, les choses doivent bouger rapidement.

« La commande du premier ministre est claire : un projet de loi dans la première année sur le sujet. Je suis en train de voir de quelle façon on va moduler ça, peut-être consulter la population ou un mandat d'initiative. L'idée générale est là, on veut le faire, et on veut le faire rapidement pour permettre entre autres au Directeur général des élections [DGEQ] de mettre en place les mécanismes nécessaires », fait-elle valoir.

Et pas question de reculer sur cette promesse comme l'a fait Justin Trudeau, ajoute la ministre.

C'est la commande que j'ai et j'entends la respecter.

Sonia LeBel, ministre de la Justice

Une ministre de la Justice « terre à terre »

Sonia LeBel nous donne rendez-vous dans son bureau situé au 11e étage du palais de justice de Montréal. Un lieu qu'elle connaît par cœur, après y avoir plaidé pendant des années à titre de procureure de la Couronne dans des dossiers d'homicide ou de trafic de drogue.

Comment son passé façonnera-t-il son rôle? Sonia LeBel répond qu'elle s'attaquera en priorité à l'efficacité et l'accessibilité de l'appareil judiciaire.

« Il y a deux ans, j'étais encore une praticienne sur le terrain [...] et peut-être que ça va me donner une vision beaucoup plus terre à terre et pratique de mon rôle en tant que ministre de la Justice. [...] Quand j'étais procureure de la Couronne, on dénonçait les lacunes et les difficultés et on voyait venir le mur des délais judiciaires et de l'accès à la justice. »

L'arrêt Jordan sur les délais judiciaires, qui a forcé l'abandon des procédures dans certains dossiers d'homicide, l'a particulièrement marquée comme procureure.

« Une des raisons pour lesquelles je me suis lancée en politique quand on m'a approchée, c'était vraiment une question d'accessibilité à la justice. Il y a une question de confiance, [...], il faut redonner confiance aux citoyens dans le système de justice. J'ai vu le cynisme des victimes, le désengagement des gens », souligne-t-elle.

Pour régler ces délais et rétablir la confiance du public, la ministre dit connaître une partie de la solution.

« La pierre d'assise est vraiment le virage numérique, ce n'est pas la panacée, la seule solution, mais c'est un élément essentiel sur lequel il va falloir bâtir. »

L'entrevue complète avec Sonia LeBel est diffusée dimanche à 11 h à l'émission Les coulisses du pouvoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !