•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Desjardins donne son appui au projet de bioraffinerie de La Tuque

Biomasse

Des arbres ayant peu de valeur commerciale sont récupérés pour être transformés en copeaux

Photo : Nicolas Steinbach/Radio-Canada

Radio-Canada

Bioénergie La Tuque (BELT) reçoit un appui de taille. Le président et chef de la direction du Mouvement des caisses Desjardins, Guy Cormier, qualifie le projet de bioraffinerie de « novateur » et de « rassembleur ».

Un texte de Camille Carpentier

Devant la Chambre de commerce et d’industrie du Haut-Saint-Maurice vendredi, M. Cormier a affirmé que BELT, qui prévoit la création de près de 500 emplois, pourrait permettre de dynamiser le secteur de La Tuque.

Le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier

Le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier

Photo : Radio-Canada

Pour l’un des instigateurs du projet, Patrice Bergeron, cet appui de l’institution financière donne de la crédibilité à l’entreprise mauricienne auprès d’investisseurs potentiels.

Avec ses collègues, il espère maintenant que cette tape dans le dos se traduise éventuellement en partenariat financier avec Desjardins.

Le projet de BELT est estimé à 1 milliard de dollars. Il a d’ailleurs reçu l’appui de l’entreprise finlandaise Neste, l’un des leaders mondiaux de l’industrie du biogaz.

Québec et Ottawa ont aussi démontré leur intérêt.

La bioraffinerie serait alimentée par les résidus forestiers de La Tuque et permettrait de créer du biodiesel.

Il s’agirait du seul projet du genre au Canada.

Mauricie et Centre du Québec

Industrie forestière