•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suicide de Simon Dufour : le coroner ne blâme pas l'école secondaire

Simon Dufour
Simon Dufour Photo: Photo fournie par la famille
Radio-Canada

Dans son rapport d'investigation sur le décès de Simon Dufour, un adolescent de l'arrondissement Saint-Hubert à Longueuil qui s'est enlevé la vie il y a près d'un an, le Bureau du coroner du Québec affirme que son école secondaire avait pris au sérieux l'intimidation dont il faisait l'objet.

La coroner Géhane Kamel écrit dans son analyse que le jeune, alors âgé de 15 ans et qui fréquentait l'école secondaire André-Laurendeau, vivait des moments difficiles.

Elle rapporte qu'il aurait vécu de l'intimidation lors de son passage à l'école primaire et secondaire, mais ajoute qu'il a reçu du soutien de la part des professionnels de son école secondaire.

« L'école a pris ça au sérieux. Tellement au sérieux qu'il y a eu des plans d'intervention et des jeunes qui ont été rencontrés. Et ce qui est malheureux dans la situation de Simon, c'est qu'en secondaire 3, il était très bien intégré au milieu scolaire. Tellement bien que les gens l'avaient pris sous son aile et on l'avait même baptisé "le petit rayon de soleil" dans son groupe de concentration musicale. Je n’ai pas de recommandations à faire au milieu scolaire puisqu'ils ont fait le travail qu'ils avaient à faire », a commenté Mme Kamel.

Simon Dufour est décédé le 23 novembre 2017 à Saint-Bruno-de-Montarville, après s’être jeté devant un train de banlieue.

Le lendemain, sa sœur, Karine Dufour, avait publié un message sur Facebook dénonçant les ravages de l’intimidation, message qui avait été partagé plus de 30 000 fois.

Suicide

Justice et faits divers