•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Centre culturel francophone de l'Okanagan souffle ses 40 bougies

Une église vue d'extérieur sous un ciel nuageux dans laquelle les locaux du Centre culturel se trouvent.
Depuis 1984, le Centre culturel a des locaux dans l'église luthérienne de la rue Bernard à Kelowna. Photo: Julie Blais Wambeck

C'est par souci « de garder la langue et la culture » que le Centre culturel francophone de l'Okanagan a vu le jour il y a 40 ans, selon l'une des fondatrices, Julie Blais Wambeke.

Un texte de Sarah Murphy

Un peu d'histoire

Le 29 août 1978, le Centre culturel a ouvert ses portes au deuxième étage d'un centre commercial de Kelowna. Un petit groupe de femmes qui jouaient aux cartes ensemble a décidé d'élargir leur cercle et de proposer des activités francophones à la communauté. Un coup d'as qui a porté fruit.

Petit à petit, notre groupe a grandi. On a formé un groupe de chant canadien-français, de danse. On a même mis en scène une cabane à sucre.

Julie Blais Wambeke, l'une des fondatrices du Centre cultuel francophone de l'Okanagan
Une photo en noir et blanc d'un groupe de francophones rassemblés pour faire une cabane à sucre. Mise en scène d'une cabane à sucre pour l'ouverture du Kelowna Community Centre faite par les premiers membres du Centre culturel Photo : Julie Blais Wambeke

Au même moment, une vague importante de Québécois s'est installée dans l'Okanagan pour travailler dans les fermes. « C'est à ce moment que le Centre a pris un virage un peu plus jeune », explique Mario Lanthier, membre honoraire du Centre culturel.

Nous étions un groupe dans la vingtaine un peu naïf avec de l'ambition et de l'énergie. On voulait des activités qui nous rejoignaient.

Mario Lanthier, membre honoraire de Centre culturel de l'Okanagan
Des danseurs habillés en habit traditionnel canadien-français qui se tiennent main dans la main. Première troupe de danse traditionnelle canadienne-française du Centre culturel de l'Okanagan Photo : Julie Blais Wambeke

Le groupe s'est de plus en plus engagé dans la communauté en mettant de l'avant un projet pour les jeunes de 0 à 30 ans, l'Association de la jeunesse active de Kelowna (AJAK). Un projet qui a été rassembleur et a servi « d'étincelle pour que la communauté s'implique davantage », affirme Anne-Marie Brun, employée de l'AJAK.

Un homme penché vers une  femme souriant à la caméra tout deux assis à une table.Anne-Marie Brun et David Shaw du projet Association jeunesse active de Kelowna (AJAK) Photo : Lise Guyot

Avec les besoins qui grandissaient, un groupe mené par un autre pionnier du Centre, David Shaw, a décidé d'acheter l'église luthérienne de la rue Bernard, à Kelowna, dans laquelle se trouvent actuellement les bureaux du Centre culturel.

Les festivités du 40e

Pour célébrer ses 40 ans, le Centre culturel offre une variété d'activités pendant le mois de novembre. Les festivités commencent le vendredi 2 novembre avec un spectacle de l'artiste québécoise Klô Pelgag.

Calendrier des activités :

  • 8 novembre : Vins et fromages et lancement d'une exposition collective d'artistes de la région de l'Okanagan
  • 17 novembre : Le marché de Noël
  • 24 novembre : Le brunch Milles merci, un brunch pour remercier les bénévoles

Pour l'avenir, la directrice générale, Claudie Valque, aimerait que d'autres centres culturels francophones ouvrent leurs portes dans les villes de Penticton et de Vernon pour combler tous les besoins de la francophonie dans l'Okanagan.

Bonne fête au Centre culturel de l'Okanagan!


Deux personnes déguisées en clown avec un gros cadeau derrière eux.Spectacle pour enfants dans les locaux de l'église luthérienne de la rue Bernard à Kelowna. Photo : Mario Lanthier

Un vieil homme assis à un piano regarde la caméra en souriant.Léon Hurard, un des fondateurs du Centre culturel francophone de l'Okanagan Photo : Pierre Germain

Un jeune femme assise sur un tabouret montre quelque chose à des enfants assis devant elle. Anne-Marie Brun donne un atélier pour les enfants Photo : Mario Lanthier

Colombie-Britannique et Yukon

Francophonie